jeudi 26 avril 2018

Le dernier tour de piste

Jeudi 26 avril 2018



 
 Jacques Higelin nous a quittés il y a quelques semaines...
et comme beaucoup d'autres, j'ai repensé pendant plusieurs jours
à sa vie, à son parcours, à sa liberté,
à sa fantaisie, à son authenticité, à sa folie,
à cette formidable énergie de vie qu'il semait à tout vent,
 à la générosité et à la tendresse qu'il mettait dans le moindre de ses gestes...




Je suis tombée, hier, sur ce texte publié sur Facebook par son fils Arthur H.
Et j'ai été émue, en le lisant, de constater que,
au milieu des hommages qui lui ont été rendus au Cirque d'hiver,
d'une façon peu conventionnelle, mais ô combien touchante,
il y a eu celui de son autre fils, Ken...
qui citait un rêve, le rêve qu'il a fait la nuit même de sa mort :
 
 
"La cérémonie a commencé. On a pleuré et ri.
Sa belle voix tendre a encore résonné dans le cirque.
Catherine Ringer a chanté L comme beauté. [...]
Jeanne Cherhal a chanté Tombé du ciel.
Daniel Auteuil a lu la lettre de Barbara sur Jacques.
Sandrine Bonaire a lu un poème de Baudelaire, le Mort joyeux.
 
Ken, mon frère bien aimé, a pleuré en racontant le rêve
qu’il a fait la nuit de la mort :
Jacques qui s’enfuyait dans des ruelles en éclatant de rire.
 
Princesse Izia, ma sœur bien aimée, a chanté une merveilleuse chanson
qu’elle venait d’écrire sur son père : Dragon de métal.
Elle a aussi dansé autour de Jacques.
Brigitte Fontaine n’a pas eu la force de parler. [...]
A la fin Mahut s’est mis aux congas, Izia a commencé à chanter Irradié,
le cirque s’est enflammé.
Ken et moi et des amis ont porté le cercueil,
on a fait tout le tour de la piste en pleurant et en chantant
pendant qu’Izia dansait.
C’était le dernier tour de piste."

En lisant cela, je ne peux m'empêcher de penser que ce rêve-là est un cadeau,
le dernier cadeau que nous a fait cet incroyable artiste...

La mort présentée comme une joyeuse sarabande,
comme une échappée belle...
une escapade qui fait aussi la place au rire et à la gaieté...
parce qu'au fond, elle n'est que la poursuite de la vie...
et qu'on meurt comme on vit...

Merci Jacques !

La Licorne 




 

Arthur H, lors de son concert
au Printemps de Bourges 2018 :
 
"Un artiste qui part
c'est comme un arbre
qui lâche son pollen.
C'est magique.
Ce pollen se dissémine
et nous fertilise."
.