jeudi 10 août 2017

L'essence des rêves (3)

Jeudi 10 août 2017


En résumé, nous pouvons dire :

Le rêve a la faculté autonome de produire des symboles.
Les rêves jouent un rôle complémentaire et compensatoire
en rapport au contenu du conscient. 
Leur compréhension conduit à une centralisation
et à un élargissement de la personnalité.

Le sens des symboles du rêve est souvent ignoré du rêveur, 
souvent opposé à ses intentions conscientes. 
Les rêves sont indépendants du conscient, mais pas inaccessibles à celui-ci. 
Il se produit par leur compréhension une nouvelle fonction, 
appelé par Jung la fonction transcendentale.

Lorsqu’on étudie une suite de rêves, 
on constate qu’il s’en dégage petit à petit une intention.

Les « rêves initiaux », c’est-à-dire les rêves qui apparaissent au début d’une analyse, 
ont souvent un sens prospectif. Ils devancent l’évolution qui va suivre.

Les rêves répondent à certaines questions, 
quand le rêveur est en contact étroit avec sa vie onirique. 

Ces réponses ne sont pas obscures comme des oracles, 
mais d’une clarté étonnante.

Les rêves ont une fonction d’autocritique et ont un sens éducatif.
Ils ne servent pas seulement à établir l’équilibre d’un individu, 
mais essayent également de l’intégrer dans la collectivité.

Si les rêves ont une tendance destructrice, 
ils visent à détruire pour ensuite reconstruire.

On peut retrouver la trame du drame classique 
dans un rêve bien construit.

Les rêves sont créateurs. 
Ils constituent la matière brute d’une œuvre d’art, 
des rites d’initiation, des dogmes religieux. 

On peut retrouver la trame du drame classique 
dans un rêve bien construit.

Les rêves visent à la plénitude de la personnalité, 
ils incitent le rêveur à atteindre son maximum. 

Les éléments psychiques épars et souvent contradictoires 
se groupent et se regroupent autour d’un nouveau centre impersonnel,
le Soi, 
à qui le Moi personnel cède sa place.

.
.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire