vendredi 30 décembre 2016

La chinoise et la symétrie en physique

Vendredi 30 décembre 2016


Ce rêve d'expérience avec des miroirs peut avoir préparé Pauli 
à une découverte scientifique qui le frappa en plein coeur.

La découverte impliquait une contestation du principe de la conservation de la parité, 
que Pauli préférait appeler "mirroring" ou "symétrie en miroir". 
Il était généralement admis que les lois de la nature présentaient une symétrie exacte. 
Par exemple, quand la gauche devient droite, comme une image en miroir 
ou quand une charge positive se change en une charge négative. 
Pauli a longtemps été un féroce défenseur de cette symétrie.

De façon significative, ce fut une équipe de scientifiques chinois 
qui créa les expériences qui ont démontré que l'univers n'est pas parfaitement symétrique. 
Il a une légère tendance à favoriser la gauche.



Les expériences furent proposées en 1956 par deux jeunes physiciens 
Chen Ning Yang et Tsung-Dao Lee, qui étaient venus aux Etats-Unis 
pendant l'occupation japonaise de la Chine. 
A un déjeuner au White Rose Café à New-York, ils recrutèrent une brillante physicienne 
basée à Columbia pour mener une expérience permettant de tester leur théorie.
Son nom était Chien-Shiung Wu et elle était une experte en radioactivité beta.

Elle était si enthousiasmée par le projet
qu'elle annula un voyage sentimental en Chine 
qu'elle avait prévu de faire avec son mari, 
à l'occasion du vingtième anniversaire de leur émigration. 
Et cela bien qu'ils aient déjà réservé leur cabine sur le Queen Elisabeth.

Elle mit au point une expérience impliquant la désintégration beta du cobalt 60 
qui démontra de bonne heure,en 1957, que la parité 
- le comportement d'un système physique en réponse à l'inversion spatiale -
ou inversion des coordonnées spatiales - 
n'est pas conservée dans les interactions faibles,
 les forces associées à la désintégration radioactive. 
La parité est conservée dans la gravitation, l'électromagnétisme 
et les interactions fortes (qui maintiennent les noyaux ensemble) mais pas ici.
.
Robert Moss 
"The secret history of dreaming"
.


Pauli avait rencontré Chien-Shiung Wu en 1941 
quand il visita l'université de Californie à Berkeley et l'avait décrite à Jung 
comme impressionnante  "à la fois en tant que physicienne expérimentale 
et que jeune et belle femme."

Pauli lui écrivit que "ce qui l'avait empêché jusque-là 
d'accepter cette possibilité normale (de la violation de la parité), 
c'était la question de pourquoi cette restriction de la "mise en miroir" n'apparaît 
que dans les interactions faibles, pas dans les "fortes". 
Mais qu'est-ce que la force d'une interaction a à voir avec une loi de la conservation ? 
La réponse à cette question reste à trouver.

 En tout cas, je vous félicite 
(ce que je ne je fais pas envers moi), ajouta-t-il.
La particule du neutrino -au sujet de laquelle je ne suis pas innocent- 
me persécute encore.
"Dieu est faiblement gaucher, après tout
écrivit-il, exubérant, à Jung.
Un neutrino tourne seulement dans une direction. 
Si quelqu'un le regarde dans un miroir, 
il tournerait encore dans le même sens.
(...)
Pauli ne pouvait pas ne pas remarquer 
quel suprême exemple de synchronicité il y avait là. 

Une chinoise avait joué un rôle important dans ses rêves, 
en particulier dans ceux qui incluaient des miroirs et des réflexions, 
et une chinoise avait réalisé l'expérience critique
qui mit en évidence la chute de la parité
c'est-à-dire est, en physique, la symétrie en miroir.



Dans une lettre, il fit part à Jung de son "choc
par rapport à la "révolution chinoise" en physique.

Fierz lui dit qu'il avait un "complexe du miroir"
Je l'admets volontiers",
 écrivit-il à Jung, mais j'en étais encore à chercher 
à  reconnaître la nature de mon "complexe du miroir".

Le curieux rêve de Pauli de 1954 était arrivé juste après 
qu'il ait terminé son travail sur la symétrie en miroir. 
Il était convaincu des motifs inconscients
jouent un rôle dans la pensée créative,
et  tout particulièrement dans le cas de la symétrie.
.

Arthur I. Miller
"137, Jung Pauli and the pursuit
 of a scientific Obsession"
.
(J'ai traduit les deux textes en français)
.


.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire