mardi 27 octobre 2015

L'échelle des chamanes

Lundi 26 octobre 2015

La fin du rêve d'Estelle
(l'épisode de la liane qui sort de son coeur
et qui monte en spirale jusqu'au ciel)
m'a rappelé un passage 
du livre de Jeremy Narby (*),
"Le serpent cosmique"...(p 96)

Je vous le partage ci-dessous :
.


Je savais que de nombreux peuples chamaniques utilisaient 
d'autres images que le "serpent cosmique" pour expliquer la création de la vie, 
parlant notamment d'une corde, d'une liane, d'une échelle 
ou d'un escalier d'origine céleste, qui relie la terre et le ciel.

Mircea Eliade a montré que ces différentes images
formaient un thème commun, 
qu'il a appelé l'axis mundi, ou l'axe du monde
et qu'il a retrouvé à travers les traditions chamaniques des cinq continents. 
Selon Eliade, l'axis mundi permet d'accéder à l'au-delà 
et au savoir chamanique car il existe un "passage paradoxal"
 réservé normalement aux morts, 
que les chamanes réussissent à emprunter de leur vivant; 
et ce passage est très souvent gardé par un serpent, ou un dragon.

Le chamanisme, pour Eliade, est l'ensemble des techniques 
permettant de négocier ce passage, d'atteindre l'axe, 
d'acquérir le savoir qui lui est associé, et de le ramener
- la plupart du temps dans le but de guérir les gens.

Dans ce cas aussi, la connexion avec l'ADN est évidente : 
dans la littérature de la biologie moléculaire, 
la forme de l'ADN est comparée non seulement à deux serpents entrelacés,
 mais aussi, très précisément,
à une corde, une liane, une échelle ou un escalier 
-les images variant d'un auteur à l'autre. 
(...)


 La notion d'un axis mundi est particulièrement répandue 
parmi les peuples indigènes de l'Amazonie. 
Les Ashaninca, par exemple, parlent d'une "corde céleste". 
Gerald Weiss écrit à ce propos : " parmi les Campas, 
il existe une croyance selon laquelle, à une époque, 
la Terre et le Ciel étaient proches et reliés par un câble.
Une liane grimpante appelée inketica (littéralement "corde céleste") 
qui a une forme particulière en escaliers, 
a été indiquée à l'auteur
comme le câble qui relie la Terre et le Ciel."

Etrangement, les Taulipang vivent en Guyane, 
à quelques quatre mille kilomètres des Ashaninca, 
mais associent exactement la même liane avec une corde céleste.

Une des variantes les plus connues de l'axis mundi est celle du caducée
formée par deux serpents qui s'enroulent autour d'un axe.
Depuis les temps les plus anciens, on retrouve ce symbole 
lié à l'art de guérir de l'Inde à la Méditerranée.


Chez les taoïstes chinois, le caducée prend la forme du yin-yang
qui symbolise l'enroulement de deux formes serpentines et complémentaires 
en un seul principe vital et androgyne.
(...)

L'échelle qui donne accès à la connaissance chamanique 
est une notion si répandue qu'elle constitue, pour Alfred Metraux, 
le "symbole de la profession".
Celui-ci précise que, pour les chamanes amazoniens du moins, 
c'est en entrant en contact avec les "esprits de l'échelle ou des échelons" 
qu'ils apprennent à maîtriser tous les secrets de la magie".

Métraux explique encore que ces chamanes boivent 
"une infusion préparée avec une liane dont la forme suggère une échelle". 
Et effectivement, la liane de l'ayahuasca est souvent décrite 
comme une échelle, ou même une double hélice (...).
.

(*) Vidéo : conférence de Jeremy Narby sous le lien

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire