mercredi 18 mars 2015

La Féminité réelle (2)

Mercredi 18 mars 2015



En résumé, il faudrait une révolution...

...Etre une femme est évidemment le résultat d'une structure glandulaire.
Mais la Féminité et la Masculinité sont, chez une femme ou un homme, deux manières d'utiliser l'énergie dont ils disposent.

Les femmes et les hommes ne doivent pas être pensés d'abord en tant que sexes, mais comme des récepteurs ou des émetteurs d'énergie.




Une révolution est-elle possible ?

La femme dispose des ressources nécessaires

(...)
Il est vrai que ce chapitre semble une dérision face à ce qui se passe autour de nous et face au chemin qui reste à parcourir. Il n'est que de faire un essai : demandez au premier venu de vous dire le premier mot qui lui viendra à l'esprit en réponse au mot "féminité".

Vous obtiendrez toutes les réponses possibles, sauf  la bonne qui est  :
énergie intérieure, énergie potentielle, énergie fondamentale, base indispensable à toute réalisation humaine.

La Féminité est une puissance en soi, certes. mais que peut faire la femme si on lui montre l'inverse à tout bout de champ ? Si on entretient l'image, l'usage, et la vente d'une multitude de féminités pitoyables, de femmes-végétaux, de femmes-statufiées, de femmes-narcissiques, de femmes-mannequins, de femmes hyperbaguées et perruquées, de marionnettes décolorées, de jeunes filles traînant leur ennui dans la poussière en même temps que leurs pantalons ?

Etant donné leurs maigres énergies, comment pourraient-elles devenir créatrices, de façon autonome et non agressive ?
Il ne leur reste qu'à faire appel à une créativité extérieure qui leur servira de substitut : celle de l'homme.

Mais, en agissant de la sorte, les femmes accumulent, bon an mal an, tant d'amertumes inconscientes qu'elles aboutissent à une sorte de résignation hargneuse, qui est la dégradation type de la féminité.
 Quant aux autres, il est fatal qu''elles méprisent leur condition, puisqu'elles continuent de vivre selon l'équation : Féminité = faiblesse.



Les vertus fondamentales

En somme : ou bien on contraint les femmes à demeurer faussement féminines selon des critères anciens, c'est-à-dire ombreuses, glauques, sans consistance. Ou bien on les oblige à une "masculinité" tout aussi fausse, calquée sur celle des hommes modernes.

De temps à autre apparaissent sur la scène quelques femmes célèbres. Croyez-vous qu'on les présente comme ayant réalisé leur Féminité et leur Masculinité authentiques ? Nullement : on leur attribue a priori du génie; de la sorte, on en fait des exemplaires "exceptionnels", et l'on renforce en conséquence l'état d'infériorité des autres femmes.

Une jeune fille me disait à ce propos :
- Nous avons alors l'impression d'être des demeurées aux dents longues, à qui on dirait : "les femmes aussi sont capables de faire quelque chose !" Pourquoi ne dit-on pas simplement : "Voilà la femme réelle !"

Cette jeune fille avait raison. Un vaste courant d'information psychologique devrait inciter les femmes à entreprendre leur propre révolution.
Il faut décrasser le mot "féminité" de ses taches d'infériorité, de culpabilité, d'angoisse, d'insécurité, d'hostilité.


Certes, une révolution personnelle exige du temps, de la patience, de la tenacité, de la lucidité. les personnes qui entreprennent une psychanalyse (la plus profonde révolution personnelle que l'on puisse opérer) en savent quelque chose.

Or, le temps, la patience, la tenacité, la lucidité sont des caractéristiques de la féminité. Les femmes sont donc prédisposées à cette révolution intérieure. Mais il serait temps, pour elles et pour le monde, qu'elles le comprennent.
(...)



Le rôle de la psychologie moderne

Sa tâche première, mais immense, est de rendre leur véritable sens aux notions de Féminité et de Masculinité.

Sa seconde tâche dérive de la première. Si la Féminité réelle est une force vive et indispensable, il faut la susciter à travers le monde.
C'est-à-dire aider les êtres humains à retrouver au fond d'eux-mêmes les valeurs de compassion, de pitié, d'humanité, de paix.
Je crois que beaucoup le désirent, non pas en raison d'une morale, mais parce que la déshumanisation générale leur fait peur. Peu importe d'ailleurs la motivation de départ si l'on obtient un bon résultat.

Il faut rendre sa place à la féminité : mais il ne s'agit pas d'une révolte des femmes contre la "loi du mâle". La difficulté est bien plus profonde : elle concerne l'angoisse et la peur qui sont à l'origine de cette soi-disant "loi du mâle" (...)

Les technocrates purs ne savent pas à quel point ils ont rompu avec la féminité et la vie.
Poussés par une peur obscure, ils vont de planète en planète, d'idée en idée, de théorie en théorie, de guerre en guerre : comment pourraient-ils s'arrêter aussi longtemps qu'ils n'auront pas retrouvé leur lucidité, leur énergie intérieure, aussi longtemps que le mot "humanité" restera pour eux vide de sens ?

Rendre la Féminité au monde, cela signifie lui redonner une sagesse profonde, puissante, qui s'extériorise immédiatement en des activités humaines, urgentes, et de bon sens.

Cela implique également une modification radicale de l'esprit qui anime la technocratie. Si la technocratie a pris un visage inhumain, c'est que lui manquent les grandes caractéristiques de la féminité : l'ordre, la lucidité profonde, la sagesse, la réflexion, le temps, la paix.



Comprend-on à quel point le monde a besoin de femmes et d'hommes "à deux pôles" ? Combien il est urgent que les humains cessent d'alimenter leur activité à une féminité malade, infantile, désordonnée ?

Quand la féminité aura retrouvé la place qui lui est due - mais des centaines d'années, sans doute, seront nécessaires - les mères redeviendront par le fait même les supports du monde. 
Car toute force intérieure -comme toute faiblesse - chez une fille ou un garçon, sont en provenance directe de la mère.

C'est pourquoi la psychologie moderne devrait se donner comme but premier d'aider la femme à se retrouver. C'est-à-dire :

- Redevenir une observatrice lucide, attentive, perspicace, calme.
- Redevenir davantage spectatrice de soi et du monde, au lieu d'être une "actrice" qui obéit (par culpabilité) aux impératifs anciens et nouveaux
- Réorganiser sa féminité dans l'acception la plus forte du terme
- Prendre un certain "recul" qui lui permettrait de dénoncer et de redresser les erreurs actuelles

Eh oui ! Dans quelques siècles, peut-être...

"Comprendre les femmes"




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire