vendredi 13 février 2015

Mandalas (1)

Mercredi 12 février 2014


Mandalas : leur motif de base est l'intuition d'un centre de la personnalité, 
pour ainsi dire d'un point central à l'intérieur de l'âme, 
à quoi tout se rapporte, par lequel tout est ordonné, 
et qui représente en même temps une source d'énergie.

L'énergie du centre se manifeste dans le besoin contraignant, presque irrésistible, 
de devenir ce que l'on est à la manière dont tout organisme doit à tout prix parvenir, 
au moins approximativement, à la forme qui correspond à son être. 

CG Jung  "Psychologie et orientalisme"

   

"Comme on le sait, l'inconscient produit au cours de la confrontation dialectique 
certaines représentations du but (...)
Il s'agit surtout de figures à caractère de mandala, c'est à dire du cercle et de la quaternité.
Ce sont là deux formes par lesquelles la représentation du but se trouve 
le plus fréquemment et le plus nettement caractérisée."

"L'expérience enseigne que le "cercle magique", le mandala, 
est l'antidote utilisée de toute antiquité dans les états d'esprit chaotiques."

"Le mandala est le symbole de l' individuation."
CG Jung "La réalité de l'âme"


Le premier mandala dessiné par Jung :
    

"Mandala" est un mot sanskrit qui désigne un cercle.
Selon C-G Jung, les mandalas apparaissent dans la psyché
le plus souvent dans les situations de trouble,
de désorientation et de perplexité.
Le mandala est un schéma ordonnateur
qui vient se poser au-dessus du chaos psychique,
ce qui aide chaque contenu à trouver sa place.
Le mandala permet d’affronter le chaos en l’ordonnant.

Sa forme circulaire marque une limite, une protection.
Ainsi, on retrouve le cercle-mandala soit dans la "roue du soleil" préhistorique,
soit dans le cercle magique, soit dans le microcosme alchimique,
soit encore comme un symbole ordonnant et englobant la totalité psychique.
Le mandala est littéralement un cercle, bien que son dessin soit complexe
et souvent contenu dans une enceinte carrée.



Le mandala est à la fois
un résumé de la manifestation spatiale,
une image du monde,
en même temps que la représentation
et l’actualisation de puissances divines. 
C’est aussi une image psychagogique,
propre à conduire celui qui la contemple à l’illumination.
Carl Gustav Jung recourt à l’image du mandala
pour désigner une représentation symbolique de la psyché,
dont l’essence nous est inconnue.

Il a observé que ces images sont utilisées
pour consolider ou pour favoriser la méditation en profondeur.
La contemplation d’un mandala est censée inspirer la sérénité,
le sentiment que la vie a retrouvé son sens et son ordre.
Comme le mandala décrit et symbolise la totalité psychique,
la protège, la défend contre l’extérieur
et cherche à concilier les oppositions intérieures,
il constitue aussi un véritable symbole de l’individuation.
L’individuation est le processus par lequel, selon Carl Gustav Jung,
un être devient un "un-dividu" psychologique,
c’est-à-dire une unité autonome et indivisible, une totalité.



.
Mandala dessiné par Jung - page 105 du "Livre rouge"
Explications détaillées à propos de ce dernier mandala :
.

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire