jeudi 29 janvier 2015

Tremblement, catastrophe, crise

Vendredi 4 mai 2012

L'opposition entre le bleu et le rouge est en quelque sorte "doublée" dans le rêve par une autre opposition, une autre "tension" : celle entre les plaques tectoniques africaines et américaines. Tension qui provoque de grandes secousses.


Les plaques représentent le "fondement", la "base" de chaque continent. Dans le rêve, leur rencontre provoque un "tremblement de terre"...(ou/et de mer). Ce n'est pas une tempête habituelle, c'est bien le "fond de la mer", la terre au fond de l'océan qui est en cause, donc un bouleversement des  profondeurs et non un bouleversement superficiel (surface de l'eau agitée par le vent...).
Il semble donc que les "secousses" viennent d'un niveau très profond, d'un niveau souterrain...du fin fond des océans. Le problème  s'exprime sur le plan personnel mais il relève d'une "tension" plus générale, d'une tension collective. On est sans doute en présence d'un problème ayant sa source dans l'inconscient collectif.

Quelles sont les "forces" qui s'opposent ici ?
Manifestement, avec l'Afrique et l'Amérique, c'est encore le Yin et le Yang qui s'affrontent...L'Amérique est la "force" dominante qui s'impose au monde entier, le "yang" dominateur...l'Afrique, elle, évoque, par le mode de vie de ses habitants , la chaleur relationnelle...et une culture beaucoup plus "yin"...
C'est l'affrontement des valeurs "humaines" (en état de "sous-développement", souvent dévalorisées) et des valeurs "de performance" (très développées, sur-valorisées)...
C'est l'affrontement du coeur et de la raison...et donc pratiquement le même symbole que celui de la rencontre du rouge et du bleu.

Les tremblements de terre font partie de ce que l'on appelle, de façon plus générale, les "rêves de catastrophe" (tornade, ouragan, tsunami, séisme, éruption volcanique, bombardements, champignon atomique...) . Or, les rêves  de "catastrophe" accompagnent  toujours les moments de grand changement.

A départ le mot grec "katastrophê" n'avait d'ailleurs pas un sens négatif, il était utilisé pour parler d'un récit théâtral et dans ce cadre littéraire, il signifiait "renversement de situation", "changement décisif", "péripétie" puis par extension, "dénouement". Ce dénouement pouvait être heureux ou malheureux. Ce n'est que plus tard que le mot, rapporté aux tragédies, prit une connotation nettement moins favorable.

Il ne s'agit donc pas forcément d'un mauvais présage...mais d'une certitude de "profond changement".
Le "tremblement de terre " évoque une "décharge de tensions accumulées" suivie d'un changement qui peut être radical et soudain. Le passé "s'écroule" subitement et le "nouveau" s'en vient...il y a à la fois déconstruction et reconstruction...fin et renouveau.

L'ambiance de "fin du monde" annonce la "fin d'un monde"...
Il peut s'agir, sur le plan personnel, d'une période de vie qui s'achève (passage de la jeunesse à l'âge mûr, par exemple)...
Ou, sur le plan collectif, d'une période historique ou d'une "ère" qui se termine... laissant la place à une nouvelle ère, différente.
Il y a de toute façon de grands bouleversements et des remises en question. Une "crise" à traverser...et des décisions à prendre.

Dans la première analyse de ce rêve (sur le site de Nout), l'hexagramme 51 du Yi King avait été évoqué et mis en lien avec ce rêve. Il est en effet tout à fait adapté, puisqu'il se nomme "l'ébranlement". Les autres noms donnés à cet hexagramme sont le "tonnerre", la "secousse", le "choc", "l'éveilleur"...).

Voici un des "commentaires" que l'on peut trouver à son sujet :
"Craindre les grondements de tonnerre n'est point honteux : l'homme prudent et prévoyant trouvera son chemin à travers les difficultés car depuis longtemps il s'y est déjà préparé matériellement et psychologiquement. Sang-froid, patience et endurance aident à surmonter les mauvaises passes et lui permettront de retrouver après coup son large sourire."
.
La Licorne
.




5 commentaires:

  1. « Il semble donc que les "secousses" viennent d'un niveau très profond, d'un niveau souterrain...du fin fond des océans. Le problème s'exprime sur le plan personnel mais il relève d'une "tension" plus générale, d'une tension collective. On est sans doute en présence d'un problème ayant sa source dans l'inconscient collectif. »

    Bonjour La Licorne,

    La proposition ci-dessus me semble, a priori, être une hypothèse ou une amplification hypothétique qui sollicite le rêve pour lui donner un sens collectif qu’il n’a pas à coup sûr. La planète ou le fond des océans dont il est question dans ce rêve ne sont peut-être pas la représentation de notre planète commune à tous mais avant tout, et peut-être uniquement, celle de la planète de la rêveuse, le « petit monde » de Nout. Ayant suivi d’assez près le fil des rêves publiés par Nout sur son blog à cette période, il me semble que ce rêve venait lui montrer essentiellement ce qui se produisait en elle et pour elle à ce moment-là et non pas ce qui affectait la planète au niveau collectif. Il me semble donc qu’il ne s’agissait pas « d’un problème ayant sa source dans l’inconscient collectif » mais que le rêve illustrait la problématique et la situation personnelle de la rêveuse à ce moment-là. On peut sans doute, à partir de tout rêve individuel, établir des relations avec la situation collective consciente ou inconsciente, mais certains rêves me semblent pointer de façon plus certaine que celui-ci la situation collective consciente ou inconsciente.
    Je me trompe peut-être et ne vois peut-être pas assez ce qui pour toi est évident... ?

    Amicalement,

    Amezeg
    Commentaire n°1 posté par Amezeg le 05/05/2012 à 11h31

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Amezeg,
      Je ne nie pas du tout le fait que le "tremblement de mer" de ce rêve représente avant tout une "crise" personnelle...
      Mais pour moi, le "monde" est en chacun de nous...ce qui paraît un "problème purement personnel" a souvent son origine, ses racines dans un problème collectif. Si je vis des tensions avec mon conjoint, par exemple, il y a dans cette tension des éléments qui n'appartiennent qu'à mon histoire, mais il y a aussi une part d'universel (les antiques conflits Masculin/Féminin).
      J'ai choisi, dans ce blog, de regarder cette partie "universelle"...En "élargissant" le problème à ses dimensions collectives, en ne le voyant pas juste comme un problème "ne regardant que moi", on peut voir plus clair...et aller plus profond.
      On peut voir dans l'image de la planète qui "tremble" le "moi" de la rêveuse...on peut aussi y voit la situation mondiale...pour moi, l'un n'exclut pas l'autre : les deux points de vue apportent quelque chose.
      Jung pensait que c'est en réglant, un par un, nos propres difficultés inconscientes que nous avions une influence sur les difficultés collectives...je le crois aussi.
      Je reconnais que ce rêve n'est pas de façon évidente "un grand rêve" mais je vois dans les images de ce rêve un problème général. La "tension" insupportable, la "crise" est présente A LA FOIS dans le monde et dans nos vies individuelles...
      L'apaisement individuel et l'apaisement collectif "se répondent" ainsi que le montre bien l'histoire du "faiseur de pluie"...
      Amicalement.

      Réponse de La Licorne le 05/05/2012 à 12h14

      Supprimer
  2. Le sismographe me fait penser aux visions de Jung juste avant sa mort :

    http://www.well.com/~davidu/catastrophe.html

    There is a drawing with a line going up and down, and underneath is the caption: The last fifty years of humanity, and some remarks about a final catastrophe being ahead.

    Commentaire n°2 posté par fox le 05/05/2012 à 11h54

    RépondreSupprimer
  3. La Licorne, lorsque tu dis :

    « J'ai choisi, dans ce blog, de regarder cette partie "universelle"...En "élargissant" le problème à ses dimensions collectives, en ne le voyant pas juste comme un problème "ne regardant que moi", on peut voir plus clair...et aller plus profond. » et :
    « Je reconnais que ce rêve n'est pas de façon évidente "un grand rêve" mais je vois dans les images de ce rêve un problème général. »

    cela correspond bien, je crois, à ce que je disais ainsi :

    « On peut sans doute, à partir de tout rêve individuel, établir des relations avec la situation collective consciente ou inconsciente, mais certains rêves me semblent pointer de façon plus certaine que celui-ci la situation collective consciente ou inconsciente. »

    « L'apaisement individuel et l'apaisement collectif "se répondent" ainsi que le montre bien l'histoire du "faiseur de pluie"... »
    Oui, tout à fait d’accord avec toi, mais cela ne donne pas à tout rêve individuel d’être un rêve à portée ou à « visée » essentiellement collective...

    Merci pour ta réponse :-)

    Amezeg
    Commentaire n°3 posté par Amezeg le 05/05/2012 à 12h42

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je suis d'accord, Amezeg, tu l'avais déjà dit dans ton premier commentaire...je n'ai fait que le "redire" à ma façon...
      En fait, dans ce blog, au fil des articles, j'ai élargi un peu mon ambition...
      Je ne souhaite pas examiner seulement les "très grands rêves" mais aussi les rêves plus "communs", mais comportant des images ou des symboles dont chacun peut "faire son miel"...
      Celui-ci, avec ses images de "tremblement de terre" et de tension entre les opposés me semblait répondre à ce critère...
      J'ai examiné les "grands symboles" et j'ai laissé tomber (volontairement) la partie plus personnelle (les associations autour de "Sabrina" par exemple).
      De toute façon, pour moi, la frontière entre le rêve "normal" et le "grand rêve" est surtout une affaire d'intuition...la frontière est relativement floue...on pourrait donc en discuter des heures !
      Merci en tout cas, de tes remarques, toujours judicieuses !

      P-S: Après réflexion, je mettrais le rêve de Nout à peu près sur le même niveau que celui qui s'intitule "Passage vers l'Amour" (rêve 11)...là aussi, il y avait à la fois une histoire très personnelle et une portée plus collective...et pour le rêve 11, la rêveuse avait nettement ressenti cette portée plus grande...


      Réponse de La Licorne le 05/05/2012 à 13h40

      Supprimer