samedi 20 juillet 2019

Nos sillages sur l'océan universel


Un poème écrit par Ervin Laszlo
philosophe des sciences, dans la postface de son livre
"Aux racines de l'univers"





Viens, navigue avec moi sur une mer calme. 
Nous sommes de minuscules vaisseaux 
qui fendent les eaux tranquilles.

Les côtes sont brumeuses, l'eau est un miroir. 
Nous sommes des vaisseaux sur la mer, 
ne faisant qu'un avec elle. 

Les eaux de la mer gardent le souvenir de notre passage. 
Un fin sillage se développe derrière nous, 
se diffusant sur les eaux et se perdant dans les horizons embrumés. 


Les vagues se rencontrent tandis que toi, qui est aussi moi, 
parcours la mer qui est aussi nous. 


 Ton sillage et le mien s'unissent 
et dessinent le reflet de ce qui est 
à la fois ton mouvement et le mien.

D'autres vaisseaux - qui sont aussi nous - 
parcourent les mers, leurs vagues se croisent aussi, 
et la surface s'anime de vaguelettes et de rides.

Elles sont la mémoire de notre mouvement - 
les traces de notre être. 


L'empreinte que nous laissons sur les eaux crée un effet subtil 
qui se propage de toi à moi et de moi à toi, 
et de nous à tous les autres qui sont sur cette mer. 

Nous, qui sommes aussi les autres, 
agissons sur chacun et sur tous les vaisseaux de la mer. 


Notre existence séparée est une illusion
Nous sommes parties intégrantes d'un tout : 
Nous sommes une mer qui a un mouvement et une mémoire. 

Notre réalité est plus grande que toi et moi, 
plus grande que tous les navires de la mer, 
plus grande que les eaux sur lesquels ils naviguent. 
.







13 commentaires:

  1. Après un mois de juillet assez "actif" sur ce blog (l'inspiration n'a pas manqué ;-), je vais faire une petite pause...
    Je vous laisse ce poème, qui me semble-t-il, résume bien les derniers thèmes abordés, et je vous souhaite , à tous et à toutes, d'excellentes vacances ...

    A plus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Très bonnes vacances à toi aussi !

      L’annonce de cette pause nous évitera de nous demander si Tesla ou si t’es pas là (tant la vertu magnétique de ce blog est grande et nous attire irrésistiblement… :-)

      Ken tuch' !

      Supprimer
    2. Bon, je suis encore un peu là et un peu disponible...(pas pour très longtemps, mais suffisamment pour répondre encore à quelques commentaires...et pour perfectionner mon "breton" ;-)

      "Emaon o komz brezhoneg.
      Me a gomz gant ma amezeg..."

      Ken tuch' !

      Supprimer
    3. Na brav e teu ar brezhoneg ganit !
      Que bellement te vient le breton !

      (Mon petit doigt (celui qui fait antenne au récepteur…) m’avait chuchoté que ta curiosité naturelle… ;-)

      Kenavo ar ch’entañ tro !

      Supprimer
    4. ar c’hentañ (ch’entañ n'eo ket mat)

      Supprimer
    5. Si, en plus, faut faire attention aux apostrophes (comme dirait Pivot)...
      Compliqué, ce dialecte !
      Je suppose que "ar c'hentan", ça veut dire "à bientôt" ?

      Alors, par chez moi, en patois, ça se dit "à la revoyotte" ! ;-)

      Supprimer
    6. ...OUPS ! Je précise tout de suite (avant de prendre une volée de bois vert) que le breton est bien entendu une langue (pas un patois...et pas forcément un dialecte..) mais que, dans ma région (Est), on est moins gâté : on n'a qu'un patois...

      Alors rendons une dernière fois hommage à cette belle langue celtique (en espérant fort ne pas dire de bêtises) :

      Kenavo dit Amezeg ! Kenavo ar miz all...:-)

      Supprimer
  2. Bonnes vacances à toi! Je ne peux t aider pour le breton...par contre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mary...je suis ultra débutante en breton...comme tu peux l'imaginer...mais je m'y connais en vacances ! ;-)
      Bises.

      Supprimer
  3. Ben oui ! Dialecte...pour une langue bien plus ancienne que le français et que tous les dialectes et patois dudit françois ! :-((
    Ah ! tu l’as échappé belle ! Le bois vert frémissait d’impatience de te frotter les côtes pour te faire payer cette infamie… ;-))

    Une initiation à la langue bretonne pendant la pause estivale...quelle bonne idée ! :-)
    kent*  = avant ; kentañ, superlatif de kent = le plus avant, donc le premier, le prochain (le plus proche)
    Voir ici :http://devri.bzh/dictionnaire/k/kent/ et là : http://devri.bzh/dictionnaire/k/kent/
    et pour kenavo (ken a vo : jusqu’à ce que soit) , ici : http://devri.bzh/dictionnaire/k/kenavo/
    kenavo ar ch’entañ tro : jusqu’à ce que soit le prochain tour = à la prochaine.

    En rebeuillant bien sur les sites indiqués, en y champoyant tout ton soûl, tu en reviendras avec un panier (de mots et d’expressions) bien grébi.

    Kenavo dit, Likorn ar reter, Likorn ar sav-heol ! Kenavo, da m/viz eost pe moarvat da g/wengolo...

    RépondreSupprimer
  4. "Licorne du soleil levant", c'est joli !
    Merci pour la poésie bretonne et à août ou septembre, alors...

    Merci aussi pour le dictionnaire (diachronique, mazette !), mais comme avec un dictionnaire, on n'a pas la prononciation...j'ai trouvé la parade :-) :
    https://www.youtube.com/watch?v=9yRayDIt_4w

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dico breton-français avec transcription phonétique :
      https://www.brezhoneg.org/sites/default/files/documents/ger._bzh-gal-klok_0.pdf

      ici aussi : https://fr.wiktionary.org/wiki/amezeg

      ;-)

      Supprimer