samedi 20 octobre 2018

Derniers rêves de Jung

Samedi 20 octobre 2018





Jung, à l'aube de sa mort, fait un rêve particulièrement marquant :

Il voit "l'autre Bollingen" baignant dans un rougeoiement de lumière 
et il entend une voix désincarnée qui lui dit 
que cet autre Bollingen est achevé et prêt à être habité. 
Il voit, tout en bas, une mère "glouton" qui apprend à son petit
 à plonger et à nager dans une étendue d'eau.

 C'est Barbara Hannah qui relate ce rêve dans son ouvrage. 
Il a 85 ans, était très fatigué et très malade, 
il raconta le même rêve à B. Hannah et à M-L Von Franz qui relate :
 " Nous eûmes toutes les deux l'impression qu'il pensait 
qu'il allait probablement mourir
et qu'il voulait que le rêve soit consigné.

Pour elles deux, c'était manifestement un rêve de mort,
 car il avait souvent rêvé auparavant de cet "autre Bollingen" 
à divers niveaux de construction 
et il en avait toujours parlé 
comme d'un lieu appartenant à l'inconscient,
 à l'au-delà.

La fin du rêve a le même sens : le rêveur va bientôt passer dans un autre élément
 (l'autre monde, comme on l'appelle d'ordinaire) et apprendre à s'adapter, 
tout comme le jeune glouton, qui se sentait chez lui en terrain sec,
 a dû apprendre à s'adapter à l'eau.
Barbara Hannah explique que le récit du rêve de Jung la rendit très triste,
 montrant clairement que Jung allait "bientôt nous quitter
 et passer dans "l'autre Bollingen".


Pourtant, il se remit de sa maladie et réussit à passer l'hiver, 
mais il ne se rendit plus à Bollingen, restant dans sa maison de Küsnacht.
Trois semaines avant sa mort, il eut une légère attaque et dut garder le lit.
 Son dernier rêve, il l'eut, quelques jours avant de mourir, 
c'est Ruth Bailey qui rapporta ce songe ultime à Barbara Hannah.

R. Bailey écrit à Miguel Serrano, dix jours avant la mort de Jung :
"Deux jours avant sa mort, il avait atteint une contrée lointaine 
où il voyait des choses merveilleuses et empreintes de grande beauté,
j'en suis convaincue. Il souriait et en était heureux;


Image empruntée à Ariaga


1) Il voyait un énorme bloc de pierre, rond, 
placé sur un socle élevé et au pied de la pierre 
étaient gravés ces quelques mots : 
"Et ceci sera pour toi un signe de totalité et d'unité."

2) Beaucoup de récipients, de vases en terre cuite, 
sur le côté droit d'une place carrée

3) Un carré d'arbres, des racines toutes fibreuses 
sortant de la terre et l'entourant. 
Il y avait des fils d'or scintillant parmi les racines.

(...)

Pour Barbara Hannah, ce rêve démontrait avec la plus grande clarté 
que Jung "mourait à l'heure juste"...
sa personnalité numéro 1 mourait mais son numéro 2 demeurait inchangé.

Il décéda dans l'après-midi du 6 juin, à quatre heures moins le quart, 
dans la maison de Küsnacht et les synchronicités se manifestèrent :  
la voiture de Barbara Hannah tomba en panne de batterie (...)
...

Au moment où Jung mourut, aucun orage ne grondait, 
mais l'orage vint deux heures plus tard 
et la foudre s'abattit sur un grand peuplier du jardin 
situé au bord du lac.

Et, comme le poursuit Barbara Hannah : 
" Le temps passait et Jung continuait d'apparaître dans les rêves 
et l'imagination active, tout comme il l'avait fait de son vivant.
En vérité, la mort est un paradoxe...
(...)

Elle achèvera par ces mots :
"Jung s'éteignit exactement à l'heure juste 
et sa mort fut un événement naturel. 
Il nous fut donné de nous ressaisir, 
de continuer à vivre notre propre vie et celle de l'Institut 
dès le lendemain matin."


Bénédicte Uyttenhove
"Et que disent vos rêves ?"



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire