jeudi 26 octobre 2017

En résumé...

 Jeudi 26 octobre 2017
 
 
C'est presqu'une évidence
si l'on sait voir :
le sommeil est une petite "mort",
la mort est un long sommeil.
 
Pourquoi avoir peur de la mort ,
alors que l'on n'a pas peur de la nuit ?
Car c'est bien la même démarche qui permet
d'accueillir la vie de l'au-delà
et d'accueillir nos rêves d'aujourd'hui...
Le rêve est une première initiation
au mystère de la vie après la mort. 
.
Contrairement à ce que l'on croit souvent ,
le sommeil et la veille ne sont pas
deux états nettement séparés...
Parfois le rêve s'invite dans nos journées
et parfois la lucidité fait partie de nos nuits...
 
Il est urgent de reconstruire des ponts de clarté
 entre le jour et la nuit,
entre la conscience diurne et la conscience nocturne,
 afin de retrouver les deux faces de la médaille de la Vie,
qui est profondément Une...
Il faut s'entraîner à repriser les trous de notre mémoire...
afin de contempler le tissu de notre existence entière.
. 
 
 
 
En ne séparant plus nos deux vies,
nous pourrons alors comprendre
que nos nuits préparent nos jours
et que nos jours influencent nos nuits,
que nos jours et nos nuits sont totalement "en lien"
et qu'ils sont engagés dans une "danse" sans fin...(*)
 
Nous pourrons comprendre
que nous sommes citoyens de deux mondes,
mondes qui ne demandent qu'à s'entrelacer
et à se fertiliser l'un l'autre...
 
Et nous pourrons enfin dépasser nos limitations
et agrandir l'éventail de nos possibilités.
 
.
La Licorne
.
 
 
(*) Rappelons que ce n'est ni le pôle conscient
ni le pôle inconscient
qui donne la direction de notre vie
mais bien l'alliance des deux...
ainsi que le dit C.G. Jung dans cet extrait
qui insiste sur  les dangers d'une confiance unilatérale :
 
"L'inconscient est inhumain : sans l'esprit humain,
il ne peut se mettre au service de buts humains.
 
La nature est un guide incomparable 
  quand on sait comment il faut la suivre.
 Elle est semblable à une aiguille de boussole pointée vers le nord,
ce qui est extrêmement utile quand on a un solide bateau
et que l'on sait naviguer.
 
 C'est à peu près la situation. 
Si vous suivez le fleuve,
vous finissez toujours par atteindre la mer. 
Mais prenez l'inconscient au mot,
et vous vous retrouverez bientôt coincé dans une gorge
  et vous vous plaindrez alors d'avoir été induit en erreur.
 
 Sans l'esprit humain, l'inconscient n'a aucun sens.
  Il poursuit toujours ses propres buts qui sont de nature collective
et ne se met jamais au service de la destinée personnelle.
 
 Votre destin est le résultat de l'action conjuguée
de la conscience et de l'inconscient."
.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire