mardi 5 septembre 2017

Sous-personnalités

 Mardi 5 septembre 2017
 
« Nous vivons fragmentés, 
nous sommes en réalité un personnage au bureau, 
un autre dans notre foyer… 
nous est-il possible d’appréhender tous nos états de conscience 
pour devenir des êtres humains achevés ? » 
Krishnamurti
 
 
 
 
L’étymologie de « personnalité » provient du latin « persona » 
qui désigne le « masque ».
Cette notion évoque les archétypes, développés par Jung, 
que l’on retrouve dans toutes les anciennes traditions, 
sous formes de dieux, déesses et autres entités.

L’homme est empreint de ces archétypes jusque dans sa physiologie, 
et ces sous-personnalités sont comme des agrégats de consciences et de mémoires 
ayant chacun des besoins respectifs d’être, d’avoir et de faire.

« L’ensemble crée un individu complexe 
qui se considère comme « Je » unique, 
alors qu’il est multiple » 
Pierre Tricot 
 
L’homme peut alors être observé sous deux aspects. 
D’une part son « Etre », considéré comme immuable,
 et d’autre part, son « Ego », 
symbolisé par un ensemble de « sous personnalités » 
qui génèrent les divers comportements de notre vie 
et le plus souvent de manière non conscientisée.

Les sous-personnalités en déséquilibre
 
Les sous personnalités dominantes ou en excès 
sont une force de vie sur laquelle « l’enfant vulnérable » s’est appuyé, 
mais avec les années, l’adulte peut s’identifier à elles, 
ce qui entraînera un déséquilibre dans sa vie.
En effet une personne « perfectionniste » en excès,
hypersensible aux erreurs, 
vivra dans un stress permanent.
 
Une sous personnalité reniée, qui, elle, cherche à s’exprimer,
 peut de son côté devenir comme « démoniaque », 
et développer par exemple des comportements d’addiction 
ou tomber en dépression.
 
Le conflit entre sous-personnalités est fréquent. 
On peut voir qu’une femme de type « séductrice » (Aphrodite) 
pourra à la naissance de son enfant, se trouver en opposition 
avec sa sous personnalité de « mère ».
 
La disharmonie entre ces différents personnages qui nous constituent 
entraine de nombreuses souffrances.
 
 
La conscience, notre chef d’orchestre
 
Observons l’ensemble comme un chef d’orchestre et ses musiciens. 
Notre conscience profonde ; le chef d’orchestre,
 a pour vocation d’harmoniser ses musiciens ; 
nos sous personnalités.
 
Pour que tous jouent au bon moment la note juste, le chef d’orchestre, 
comme une conscience supérieure, doit bien connaître 
les forces et sensibilités de ses musiciens.
 
Chaque sous personnalité peut alors
trouver sa place au sein de l’orchestre, 
sans qu’aucun ne joue en solo ! 
Une véritable symphonie se met alors en place, 
créant ainsi une identité globale.

Accueillir nos différents « Moi »
 
Nous possédons tous des sous personnalités 
qui s’expriment en excès ou insuffisance, du fait de l’éducation, 
des traumatismes de l’enfance, etc. et qui, comme un filtre opaque
 nous éloignent de notre identité profonde.
Par une approche psycho corporelle et émotionnelle, 
il est possible de reconnaître, comprendre
et se « désidentifier » de ces différents « Moi » 
qui agissent en nous.
 
En pleine conscience nous pouvons alors les intégrer 
en tant qu’outils d’évolution au service de notre essence, 
pour développer notre compassion 
et devenir plus libres de nos choix et de notre vie.
.
.
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire