mercredi 6 septembre 2017

Assagioli et la psychosynthèse

Mercredi 6 septembre 2017
 
Roberto Assagioli :
 “Il n’y a pas de certitudes, il n’y a que des aventures”
.
 



 
La psychosynthèse est un processus dynamique d’ouverture
 pour aller vers une plus grande réalisation de soi.
 
Son but est le réveil joyeux du désir de vivre
et de contact avec les autres et le monde.
 Notre personnalité étant constituée de différentes facettes
(appelés sous-personnalités)
 en opposition entre elles, il en résulte une cacophonie
et des conflits intérieurs qui accaparent notre énergie vitale.
 
Ces tiraillements agissent comme des forces inconscientes
 qui nous guident malgré nous
vers la frustration, la peur et l’isolation.
 
La psychosynthèse aide à prendre conscience
de ces conflits intérieurs pour les mettre à distance.
 Ce travail de désidentification*
fait appel à une force naturelle et profonde
que nous possédons tous,
 l’axe central du je/Soi capable de diriger et d’équilibrer
 les différents aspects de notre personnalité.
 
Nous reconnecter à notre énergie vitale
nous permet d’être en contact avec nos désirs pour les réaliser.
 
 En utilisant de façon consciente la volonté,
la baguette du chef d’orchestre en quelque sorte,
nous transformons nos désirs en dynamique,
allant de la représentation consciente, en passant par la délibération,
jusqu’à la décision du passage à l’acte.
 
Ce sont les six étapes de la volonté qui nous permettent ainsi de
choisir et diriger nos actions de la façon la plus harmonieuse possible.
 
La psychosynthèse fait appel à différentes techniques.
La visualisation ou la technique du modèle idéal permettent
 d’imaginer un autre fonctionnement possible et d’enrichir nos références.
 
 L’écriture, le dessin, la danse, l’expression théâtrale, les exercices corporels
le dialogue intérieur et les symboles sont utilisés
pour nous remettre en contact avec notre intuition et notre créativité
(il n’y a pas de vie sans créativité).
La psychosynthèse se présente comme un espace de création et de jeu
pour le façonnement d’une identité nouvelle en perpétuel mouvement.
 
La désidentification selon Roberto Assagioli :
 
“J’ai un corps, mais je ne suis pas mon corps.
J’ai des sentiments, mais je ne suis pas mes sentiments.
J’ai des pensées, mais je ne suis pas mes pensées.
Alors qui suis-je ?
Je suis la conscience et la prise de conscience.
Je suis capable d’observer, de diriger et d’équilibrer
mes processus psychologiques et mes actions.
.
Article ICI
.
 
 
 

 
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire