mardi 18 juillet 2017

Jung et la réalité de l'âme

 Mardi 18 juillet 2017  

 
(Jung) fut consulté par des centaines de personnes
et les plus grands psychiatres et psychanalystes de son temps.
 Jung propose une vision globale de l’homme,
prenant en compte ses différentes dimensions,
du plan spirituel au plan physique, en passant par le psychique,
 qui est le cœur même où se résolvent les conflits et les tensions.
 C’est cette vision que nous allons étudier :
une vision dynamique de la Psyché, évolutive,
 fondée sur la dynamique du conflit et sur la loi des polarités :
conscient/inconscient, confrontation du moi avec l’ombre,
confrontation aux archétypes tels l’animus ou anima.
Une quête du centre, de l’unité, de la totalité, du Soi,
 qui est le processus d’individuation.
 
Cette vision dynamique des opposés,
nous la trouvons déjà dans la notion essentielle de l’ÂME :
 
En 1934, Jung fait paraître un recueil d’articles
 qu’il intitule "La réalité de l’âme".
C’est un titre en forme de proclamation, de défi en même temps,
comme une profession de foi.
La signification de l’âme est multiple, mais surtout,
l’âme participant des deux.
"C’est un aspect caractéristique de l’homme occidental que d’avoir,
à des fins de connaissance, scindé le physique et le spirituel.
Dans l’âme toutefois, ces opposés coexistent.
 C’est là un fait que la psychologie doit reconnaître.
 Une réalité psychique est à la fois physique et spirituelle.
Sans l’âme, l’esprit est mort, de même que la matière,
 car tous deux sont des abstractions.
 Ce monde intermédiaire nous apparaît comme trouble et confus
parce que chez nous l’idée d’une réalité psychique
n’est pas courante pour le moment,
bien qu’elle exprime notre véritable sphère vitale."
"Commentaire sur le Mystère de la Fleur d’or, 1929"
 
L'âme est le monde intermédiaire 
où l’esprit est corporalisé et le corps spiritualisé ;
 là où se joue le mystère de la conjonction des opposés.
.
 Brigitte Boudon
.
 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire