mercredi 1 mars 2017

Le serpent tellurique et les lieux de culte

Mercredi 1er mars 2017

Le Grand Serpent étant avant tout 
"Force de Vie" et "Energie vivante",
il se laisse difficilement enfermer dans une définition...
ou dans une interprétation limitée ou réductrice.
Il déborde de tous les cadres
et apparaît souvent là où on ne l'attend pas...
Certains ont néanmoins essayé 
d'approcher à leur façon son profond Mystère...


Dans son livre "Les étoiles de Compostelle",
Henri Vincenot évoque ainsi sans cesse la Vouivre,
cet immense serpent souterrain
correspondant au courant tellurique terrestre.


Selon lui, les Vierges Noires ont été vénérées 
comme des symboles astronomiques 
de ces courants d’énergie souterrains.


Les lieux où l’on adorait les Vierges noires
n’étaient pas choisis au hasard. 
Aux yeux des Celtes, la Terre était un organisme vivant,
 la Grande Mère, d’où procédait toute vie.


Comme un corps, la Terre était nourrie 
par tout un réseau d’artères cachées sous sa surface.
 Le réseau terrestre était parcouru par une énergie impalpable.

Cette énergie et les courants qui la portaient avaient un nom : 
c’était la Vouivre, le « serpent ».


Les points de rencontre de plusieurs de ces artères 
devenaient des lieux sacrés
reconnus comme « centres d’énergie », 
aux propriétés bienfaisantes (santé, fertilité, guérison…).

Ecouter de  12 mn à 18 mn

Tous ces points de rencontre étaient signalés, 
quelle que soit leur importance, 
par un menhir ou une statue sacrée.



Les Vierges Noires marqueront
les plus importants carrefours de la Vouivre. 
Dans certains lieux de culte chrétiens, 
il est encore possible de voir l’antique menhir 
qui marquait le pèlerinage païen. 

Souvent, l’autel même sur lequel se déroule la messe 
est fait de l’ancienne pierre sacrée.


Les déesses -mères, comme Isis,
étaient souvent souterraines.
Les vierges noires en sont les héritières...


.
Dans les temps reculés, il y eut sans aucun doute en France
de nombreux endroits de culte à la Terre-Mère
dont le serpent est l'attribut :

L'association du serpent avec le féminin,
tout particulièrement avec la déesse-mère,
a pour origine son mouvement ondulatoire,
dont les sinuosités évoquent le rythme vital de la terre.
.

Là où la Vouivre affleure se trouvent
des réserves d'énergie vitale
tant il est vrai que, dans tous les pays,
les lieux sacrés sont ceux
où l'homme peut encore se "recharger"
en se laissant pénétrer
par les énergies de la Terre.
.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire