jeudi 26 janvier 2017

La théorie des champs morphiques

Jeudi 26 janvier 2017

Il y a une question que la science explique très mal et même pas du tout : 
c'est celle de l'origine des "formes".
Pourquoi les êtres vivants ont-ils telle forme et pas une autre ?
Les composants élémentaires de la matière sont partout les mêmes 
et pourtant, les formes de vie sont extrêmement diversifiées.

Comment ces formes apparaissent-elles ?
Comment passe-t-on du chaos à l'ordre ?
Et comment ces "formes" évoluent-elles dans le temps ?
Comment se maintiennent-elles, comment  se transforment-elles ?
Quelle "mémoire" est à l'oeuvre ?


Les mêmes questions se posent au sujet des comportements, des instincts...
Comment ceux-ci apparaissent-ils, comment se transmettent-ils ?

Une théorie très intéressante, celle des "champs morphiques"
 est avancée par le biologiste Rupert Sheldrake.

Ce qu'il propose pourrait expliquer bien des mystères...
à la fois au niveau biologique, mais aussi dans d'autres domaines,
 dont celui de la psychologie.
.
La Licorne
.
Les champs morphiques façonneraient les atomes, les molécules,  les cristaux, 
les organelles, les cellules, les tissus, les organes, les organismes, 
les sociétés, les écosystèmes,
le système planétaire, le système solaire, la galaxie etc.
(...)



"Le fondement de ma théorie est que chaque espèce
possède une mémoire collective
selon laquelle se développent sa forme et son comportement.
L’être humain ne fait pas exception.
Nous avons accès à une mémoire humaine collective.

Cette idée n’est pas nouvelle, elle existe déjà, et sa forme la plus connue
est celle de l’inconscient collectif dont Jung a parlé.
Il en a parlé comme d’une mémoire collective,
mais il n’a pas été à même d’expliquer comment elle fonctionnait.

C’est la raison pour laquelle les idées de Jung ne sont pas prises au sérieux
par les chercheurs et les scientifiques orthodoxes.
Bien qu’un grand nombre de psychologues pensent que cette idée est utile
et qu’elle s’appuie sur des éléments empiriques,
dans le milieu des sciences mécanistes Jung est considéré
comme un hérétique marginal non crédible.

Mais si l’on arrive à prouver la résonance morphique,
alors les idées de Jung deviennent centrales pour la psychologie.

Si l’idée d’inconscient collectif n’existait pas, il aurait fallu l’inventer.
Je pense qu’en général, de façon inconsciente,
on se réfère à la mémoire de millions, de centaines de millions de gens du passé.
Nous nous « branchons » sur eux."
.
Rupert Sheldrake
Lire article complet ICI
.


2 commentaires:

  1. Nous ne nous branchons pas sur eux.
    Nous sommes "eux". Le résultat de milliards d'années d'évolution, le joyau de l'univers...
    Comment ne pas être conscient de cela ?
    Il suffit d'arrêter de courir... Toujours plus vite, toujours plus loin et se poser.
    Laisser aller les choses, lâcher tout ce que l'on sait, tout ce que l'on croit savoir, s'abandonner et, écouter la Vie en soi...
    TOUT est là ! Dans toute sa splendeur... En attente... En attente d'être découvert...
    Amitiés
    jacques

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, d'une certaine façon , nous "sommes" ceux qui nous ont précédés...

      L'essentiel, tu as raison, est d'écouter...ce qui parle très bas...
      Et pour ça, il faut être ouvert et disponible.

      Bises amicales.

      Supprimer