vendredi 6 janvier 2017

La matrice de la synchronicité et ses différents noms

Vendredi 6 janvier 2016

Si vous voulez trouver les secrets de l’univers, pensez en termes d’énergie,
de fréquence, d’information et de vibration.
.
Le jour où la science commencera à étudier les phénomènes non physiques,
elle fera plus de progrès en une décennie
que dans tous les siècles précédents de son existence
.
Nikola Tesla
.





Mais où se situent tous ces mécanismes de dérivation quantique, 
capables de déterminer (..) de la synchronicité ?

Ils semblent avoir leur origine dans le vide, 
ou pour être précis dans le "vide subquantique
dont parle le philosophe et physicien hongrois Ervin Laszlo.
Le vide serait la source de toute la réalité dont serait né l'univers 
comme fluctuation quantique.

Le vide n'est pas réellement vide
C'est un bouillon de particules comme en témoigna 
une importante expérience du physicien hollandais 
Hendrik Casimir (élève et ami de Wolfgang Pauli), 
qui démontra l'existence de "l'énergie du point zéro".
Il semble que le vide puisse être stimulé 
et que là résident indissolublement liés 
l'esprit et la matière de l'univers : 
stimuler ce vide 
- qui représente en substance le "prana" des orientaux -
signifie devenir les artisans du processus de création, 
comme un sculpteur modèle l'argile.

C'est le règne les quanta, c'est-à-dire les particules élémentaires, 
et où toutes les particules et tous les êtres vivants sont liés.

Ce serait aussi la matrice de la conscience de l'univers 
et l'entrepôt de la mémoire de tout ce qui a lieu, a eu lieu, ou aura lieu. 

En d'autres termes, tout cela rappelle le règne mythique d'Akasha 
dont les civilisations orientales parlent depuis des milliers d'années. 
Certains scientifiques sont partis du vide pour déboucher 
sur le concept d'interconnexion synchrone et d'unité dans le tout.

D'autres scientifiques, comme le physicien quantique David Bohm
ont abouti à "l'ordre impliqué", 
pour décrire ce règne abstrait qui est à la base de toute la matière connue 
et qui en constitue la conscience ; le physicien Marco Todeschini, 
en reprenant et en élaborant à nouveau une antique conception cartésienne de l'univers,
 a défini ce règne comme "éther
alors que le physicien quantique Wolfgang Pauli 
et le psychologue des profondeurs C.G. Jung 
ont placé ces bases dans "l'inconscient collectif".

Il y a de bonnes raisons de penser
qu'inconscient collectif, éther, vide, ordre impliqué et Akasha 
sont des façons différentes de représenter le même concept 
qui est la matrice de l'unité et de la synchronicité de l'univers.
.

Massimo Teodorani
"Synchronicité"
.



7 commentaires:

  1. « Il y a de bonnes raisons de penser
    qu'inconscient collectif, éther, vide, ordre impliqué et Akasha
    sont des façons différentes de représenter le même concept
    qui est la matrice de l'unité et de la synchronicité de l'univers. »

    On peut se demander s’il faut passer par la voie de la science occidentale, moderne) pour parvenir à la prise de conscience de cette réalité Une ou si l’on ne peut parvenir plus rapidement et plus directement à cette prise de conscience par une voie introspective, voie d’expérience et de connaissance en soi-même. Les découvertes scientifiques à ce sujet seront-elles aussi convaincantes pour le commun des mortels (les non-scientifiques, par exemple) qu’une rencontre en soi-même de cette réalité ; rencontre telle que peuvent la faire les méditants, les chamanes, les rêveurs, et aussi " l’homme de la rue" sur qui tombe - ou descend doucement - la grâce d’un éveil à cette réalité Une ?
    Tant mieux si la science (à l’occidentale) parvient ‘un jour’ à corroborer des affirmations déjà posées des millénaires avant l’émergence de cette science moderne par des explorateurs du Mystère qui suivaient la voie introspective. Cette corroboration créera peut-être une petite brèche utile dans la conception dualiste bien bétonnée de bon nombre d’occidentaux et confirmera peut-être à d’autres que ce qu’ils ont vécu ou/et perçu lors d’expériences intérieures n’était pas illusion ou folie.
    En attendant ‘ce jour’ ou la science moderne rejoindra entièrement la connaissance ancienne, la voie introspective est ouverte à toutes et à tous. Les "bonnes raisons" rationnelles ne sont pas toujours nécessaires à la découverte de certaines choses...

    Amezeg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison...cette réalité "une" peut être approchée et a déjà été approchée depuis des temps immémoriaux par la voie "intérieure"...ce que confirment certaines religions, traditions ou philosophies...
      Et c'est bien sûr par la voie introspective que la conviction de chacun, par rapport à une telle "unité", s'installe...
      On n'a pas à attendre les explications ou les preuves des scientifiques pour être touché par cela.

      Mais il ne s'agit pas dans cet article de convaincre qui que ce soit...il s'agit juste de montrer que les différentes approches se rejoignent et aussi de percer un peu ce mystère de la synchronicité qui fait que "l'extérieur" et "l'intérieur" , soudain, coïncident.

      Et puis, je crois qu'il n'est pas besoin de réfléchir trop longuement pour comprendre que la "réunion" de la science et de la spiritualité est une bonne nouvelle, comme toute réconciliation d'"opposés"...

      Pour ma part, j'ai toujours eu l'intuition que ces deux-là pouvaient se rejoindre , à une condition, celle d'aller jusqu'au bout de la démarche.
      C'est seulement si l'on va jusqu'au bout de la démarche scientifique et jusqu'au fin fond de la matière...qu'on tombe sur quelque chose d'immatériel et de plus ou moins "psychique", et de la même façon, c'est seulement si l'on va jusqu'au bout de la démarche spirituelle ou psychologique, qu'on finit par se rendre compte qu'on peut atteindre, au fond de soi, tout "l'univers"... :-)

      Supprimer
    2. Dois-je préciser que je suis, par nature, "jusqu'au boutiste" ? :-)

      Pour ceux et celles, qui comme moi, n'aiment pas les demi-vérités et aiment bien gratter un sujet "jusqu'à l'os" :-), il y a un bon article ici (http://www.synchronicite.net/) qui aborde la synchronicité par de nombreuses voies différentes...

      Plusieurs "théories" scientifiques sont citées...cinq d'entre elles me sont familières (Jung, Bohm, Sheldrake, Guillemant, Laszlo), les autres moins...

      Supprimer
  2. « Et puis, je crois qu'il n'est pas besoin de réfléchir trop longuement pour comprendre que la "réunion" de la science et de la spiritualité est une bonne nouvelle, comme toute réconciliation d'"opposés"... » dis-tu, amie Licorne du Web.
    La conciliation des opposés suppose que s’établisse entre eux un point d’équilibre, or le déséquilibre est aujourd’hui très grand, dans le grand public et chez les "élites", pour ce qui est de la place accordée à la science et de celle accordée à la voie introspective.
    À cela on peut réfléchir un peu et comprendre que la conciliation des deuxvoies n’est peut-être pas pour demain matin dès potron minet tant les attachements et fascinations se rapportant au modèle dominant – la science – sont forts et quasi "religieux"... ;-)

    Amezeg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas sûr, pas sûr... :-)
      Ce n'est pas parce qu'un mouvement est minoritaire qu'il est sans avenir...
      Cette réconciliation est "en germe" , je te l'accorde, mais il y a un grand écart entre ce que le grand public connaît de la science et la recherche de pointe...
      Les chercheurs sont en train d'intégrer le "nouveau paradigme" qui associe "science" et "conscience" et, à mon avis, tôt ou tard, la masse suivra...:-)

      Supprimer
    2. Il y a déjà quelques dizaines d’années que des scientifiques de renom ont fait ce rapprochement entre science et conscience suite à leurs découvertes, en physique en particulier, il sont aujourd’hui de plus en plus nombreux à le faire, et les découvertes qui vont dans ce sens se multiplient, c’est vrai.
      Les générations nées au temps de ces nouvelles découvertes qui font éclater ou fissurent sérieusement les anciens dogmes scientifiques seront peut-être plus aptes que leurs aînés, qui vont bientôt disparaître, à être libres des visions trop matérialistes et trop dualistes, en effet. Souhaitons que cela aille assez vite pour qu’il reste quelque chose de la nature vivante et de la planète pour nos descendants...et que la croissance harmonieuse de la conscience devienne la raison de vivre et d’être du plus grand nombre... :-)

      Amezeg

      Supprimer
    3. Oui, je pense comme toi que l'espoir est dans les jeunes générations, qui sont plus ouvertes et plus libres que leurs aînés...
      Ceci dit, certains "aînés" ne sont pas à la traîne...:-)
      (Cf Ervin Laszlo).

      Supprimer