jeudi 22 décembre 2016

Psychologie et réalité

Jeudi 22 décembre 2016


La réalité ne serait-elle qu'une vue de l'esprit ?

Ce besoin qui nous pousse à tout organiser, classifier, maîtriser 
en fragmentant résulte de notre penchant à projeter sur le monde extérieur
 et tout ce qui nous environne un ordre qui n'est qu'une vue de notre esprit.

Cette dernière est elle-même un pur produit compensatoire 
d'une angoisse irrépressible et indicible, d'une peur de nous perdre
 et d'un profond sentiment d'insécurité s'illustrant bien sûr et entre autres
 par le fait que tout être vivant est condamné à vieillir, dépérir et mourir.

Nous ne connaissons pas ou plus notre milieu naturel tel qu'il est, nous l'interprétons. 
Et à partir de l'interprétation que nous donnons de notre environnement naturel,
 nous nous forgeons une réalité. 
Mais qui peut dire où sont la réalité véritable et la vérité réelle ?

Diviser pour mieux régner

Pour éviter de nous poser des questions et afin de poursuivre notre chemin 
quelles qu'en soient les conséquences, préservant ainsi notre conscience 
du grand désordre et des contradictions qu'engendrent notre interprétation de la réalité 
(soutenues par des investigations scientifiques de plus en plus élaborées 
et que nous voulons irréfutables) 
et notre méconnaissance du monde, nous mettons au point
 toutes sortes de systèmes, règles et lois 
qui sont les mêmes pour tous et qui, bien sûr, abondent dans le sens de notre vision 
ou interprétation du monde et de la réalité. 

Ainsi, nous en sommes au point où nous avons fini par nous identifier 
à notre propre vision ou interprétation du monde et de la réalité, 
que nous n'envisageons évidemment pas comme un tout au sein duquel 
chaque élément communique où au contraire il en est séparé, isolé
de sorte que nous pouvons le soumettre aux instruments de mesure 
que nous avons inventés et fabriqués à cette fin.

Ne pouvant en effet voir, faire et penser qu'une seule chose à la fois, 
notre interprétation du monde et de la réalité est forcément fragmentaire
Nous divisons pour mieux régner, en quelque sorte, 
et pour nous donner raison de voir le monde comme nous le voyons.

Que nous dit la psychologie ?

Dans ce contexte, la psychologie est peut-être née 
dans l'esprit habile, inventif,  imaginatif et réceptif 
de certains d'entre nous, plus éclairés que d'autres à un moment où toute l'humanité 
se mettait en grand péril (péril qui nous menace toujours) 
ou tout simplement plus aptes à capter des courants collectifs salvateurs.

Que nous dit la psychologie ?
Que nous devons revenir à l'origine de ce grand fantasme 
qu'est notre vision ou interprétation du monde ;
que nous devons  voir le grand spectacle du monde tel un film 
dont nous sommes tous, individuellement et ensemble, 
les "projecteurs" et les "projectionnistes" ; 
que nous devons prendre notre part de responsabilité dans ce film 
dont nous sommes à la fois les producteurs, les réalisateurs, 
les acteurs et les spectateurs; 

que nous devons retourner aux sources de cette projection, de cette vision, 
de cette interprétation du monde à laquelle nous  nous sommes si bien identifiés 
que nous en sommes devenus les esclaves et les prisonniers; 
que nous pouvons nous en libérer en revenant à nous-mêmes et en nous-mêmes, 
de manière à percevoir que ce monde n'est rien d'autre que ce que nous sommes,
 qu'il s'est forgé à notre image,

 et que vivre ou agir en soi, c'est vivre et agir en lui ; 
que se connaître soi-même, c'est connaître le monde tel qu'il est,
 tel qu'il se manifeste à nous, non tel que nous l'imaginons.
.
Didier Colin
"Interprétez vos rêves"
.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire