jeudi 1 décembre 2016

Pollution psychique et catastrophes

Jeudi 1er décembre 2016


L'écologie extérieure sans écologie intérieure 
n'est qu'illusion.
.
Denys Rinpoche
.


Carl Gustav Jung,
prenait plaisir à raconter,
aussi souvent que possible,
l’histoire du Faiseur de Pluie que son ami R.Wilhelm
avait ramenée de Chine :
Il y eut une grande sécheresse dans la ville 
où séjournait Richard Wilhelm ; 
pendant des mois il ne tomba pas une goutte de pluie 
et la situation devint catastrophique.

Les catholiques firent des processions, les protestants firent des prières, 
et les Chinois brûlèrent des bâtons d’encens et tirèrent des coups de fusil 
pour effrayer les démons de la sécheresse. 
Finalement, les Chinois se dirent : 
“Allons chercher le faiseur de pluie”, 
et celui-ci vint d’une des provinces.

C’était un vieil homme émacié. 
Il dit que la seule chose qu’il souhaitait 
était qu’on mette à sa disposition une petite maison tranquille 
et il s’y enferma pendant trois jours. 
Le quatrième jour des nuages s’amoncelèrent, 
et il se produisit une forte chute de neige, à une époque de l’année
où aucune neige n’était prévisible, et en quantité inhabituelle.

 Tant de rumeurs circulèrent au sujet de cet extraordinaire faiseur de pluie 
que Wilhelm alla voir l’homme, et lui demanda comment il avait fait. 
En vrai Européen, il dit : “Ils vous appellent le faiseur de pluie, 
pouvez-vous me dire comment vous avez produit la neige ?”.

Le petit Chinois répondit : 
“Je n’ai pas fait la neige, je n’en suis pas responsable” 
— “Mais qu’avez-vous fait durant ces trois jours ?”
 — “Oh, cela, je puis vous l’expliquer, c’est simple. 
Je viens d’un pays où les choses
sont ce qu’elles doivent être. 
Ici les choses ne sont pas dans l’ordre
elles ne sont pas comme elles devraient l’être
d’après l’ordre céleste, 
aussi le pays tout entier est-il hors du Tao.

Je n’étais pas non plus dans l’ordre naturel des choses, 
parce que j’étais dans un pays qui n’était pas dans l’ordre, 
aussi la seule chose que j’avais à faire
était d’attendre trois jours jusqu’à ce que je me retrouve en Tao, 
et alors, naturellement, le Tao fit la neige”. »

Texte ici
.

Cette histoire est véridique, ce n'est pas une légende, 
elle s'est réellement passée...

Et si nous en prenions "de la graine" ,
Et si nous la prenions au sérieux ?

Ne serait-il pas temps de se demander
si les désordres climatiques extérieurs
ne sont pas le parfait reflet
de nos désordres "intérieurs" ?
Ne serait-il pas temps de se pencher
sur notre "pollution psychique"...?

Cette pollution "intérieure"
fruit de nos peurs, de nos haines
et de nos pensées négatives,
n'est-elle pas celle qui, réellement,
fait grimper la "température mondiale",
au sens propre comme au sens figuré, 
et n'est-elle pas aussi en rapport direct
avec toutes sortes de "catastrophes"
humaines et écologiques ?

Ne devrions-nous pas commencer,
avant toute chose,
par calmer nos esprits
avant de vouloir nous attaquer
aux désordres climatiques ?

Certains commencent heureusement
à le comprendre...
.
.

Lire aussi, sur ce sujet,
l'excellent article d'Olivier Breteau
dans son Journal Intégral :

"Comment devenir faiseurs de pluie ?"
.
.



3 commentaires:

  1. Joli poussin du jour ! :-)

    Ben oui, prenons-en de la graine, puis pondons l’œuf de la réflexion écolo-psychologique, couvons-le en faisant modérément monter sa température et laissons éclore le poulet des sages pour qu’il rappelle à l’ordre du Tao les esprits surexcités, mette fin - deo concedente - aux désordres nés de leurs agitations... ;-)

    Amezeg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Amezeg...c'est gentil à toi...

      Enfin, comme "poussin du jour", on fait mieux...puisque je me suis contentée de reprendre un article "pondu" pour Fabulo, il y a juste un an (le 3 décembre 2015).
      Comme je suis très occupée, je "recycle"...
      (démarche très écolo) ;-)

      Supprimer
    2. Or il faut bien du courage – et de bonnes jambes – pour cycler et re-cycler en région de montagne... Bravo à toi !

      Amezeg :-)

      Supprimer