jeudi 8 décembre 2016

Coïncidence ou synchronicité ?

Jeudi 8 décembre 2016


Les coïncidences fascinent les hommes depuis l'Antiquité, 
mais elles n'ont pris le nom de synchronicités - lorsqu'elles sont hautement signifiantes - 
que suite aux travaux de Carl G. Jung avec le physicien Wolfgang Pauli. 

L'épisode qui a mené le grand psychologue suisse
sur la piste des synchronicités est connu : 
une patiente lui rapporte un rêve
dans lequel elle reçoit en cadeau un scarabée d'or.
Jung entend alors un léger choc contre sa fenêtre ; 
il ouvre et recueille dans sa main un scarabée (cétoine) doré !
Il précise dans Synchronicité et Paracelsica qu'un tel événement 
ne s'était jamais présenté à lui avant, ni ne s'est reproduit ensuite
.
Précisément ! pointent les sceptiques : 
Jung attribue du sens à ce qui n'est qu'une coïncidence, entièrement due au hasard. 
Qui n'a fait l'expérience de s'intéresser aux synchronicités et d'en voir soudain partout ? 
C'est donc bien que l'on projette du sens sur ce qui n'en a pas. 
Autrement dit, c'est de la « pensée magique » ou du « délire d'interprétation ».

À moins que le monde se mette réellement à « faire sens »
 quand on le regarde autrement.
Certaines synchronicités peuvent en effet relever d'une forme de « miracle », 
lorsqu'elles permettent par exemple de débloquer une situation,
 de répondre à une question fondamentale, 
ou d'indiquer un chemin à suivre. 

Anges encyclopédiques

J'ai personnellement trouvé dans une foire aux livres d'occasion 
un ouvrage auquel j'avais pensé le matin même, tout en ayant oublié le titre. 
N'y pensant plus l'après-midi, je suis allé directement au fond de la salle 
et ce livre est le premier que j'ai sorti d'un carton. 

L'écrivain Arthur Koestler parlait « d’anges encyclopédiques » 
à propos de ces aides inattendues qui nous mettent entre les mains 
l'information livresque que l'on recherche. 
Ainsi, un livre tombe parfois ouvert à la bonne page ! 
De façon générale, beaucoup voient l'intervention de leur « ange gardien » 
ou de leur « guide » dans ces coïncidences signifiantes.

Auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet, Jean Moisset donne des exemples 
pour distinguer coïncidence, sérialité et synchronicité. 

Au cours de vos vacances, vous rencontrez un ami : 
c'est une coïncidence
En plus de cet ami, vous rencontrez deux autres connaissances 
pendant votre séjour : c'est la sérialité

Mais, vous rendant sur votre lieu de vacances à Arcachon, 
vous voyez une affiche des Antilles qui vous fait penser à des amis 
partis vivre à la Martinique et dont vous êtes sans nouvelles depuis quinze ans. 
Arrivés sur place, vos voisins immédiats sont ces mêmes amis : synchronicité.
Autre exemple, d'avant l'ère des téléphones portables :
vous passez devant une cabine téléphonique et le téléphone sonne.
Vous décrochez et avez au bout du fil un ami
qui cherchait à vous joindre mais s'est trompé de numéro !

« Tout me parle »

Il faut tout de même prendre garde à ne pas voir des signes 
là où il n'y en a pas. L'écrivain Michel Cazenave a ainsi proposé 
que la synchronicité soit à l'origine de la somatisation, 
c'est-à-dire la « symbiose » corps-esprit 
qui fait que nous tombons malades apparemment sans cause.

Dans son livre Ce qui est caché aux sages et aux intelligents, 
Thierry Salmeron met en garde contre les faux signes, produits du mental,
 et les vrais qui sont le résultat d'une présence consciente. 
Il cite les propos d'un grand chef indien : 
« Tout ce qui passe près de moi, me parle ». 
« Vous êtes guidés vers le meilleur pour vous
par des signes accessibles à vos sens », ajoute-t-il.

Mais il va très (trop ?) loin en expliquant que le libre arbitre est néfaste, 
puisqu'il nous donne des choix permanents 
alors qu'il suffirait de suivre des signes qui nous sont « destinés ». 
Le libre arbitre serait ainsi à l'origine de la chute d'Adam et Eve.

Lâcher-prise et intuition

Le psychologue Jean-François Vézina, qui a publié 
Les Hasards nécessaires (Éditions L'Homme 2002), 
estime avec Michel Cazenave que « les synchronicités se produisent plus fréquemment 
en période de tension psychique
alors que la forme symbolique habituelle du rêve n'a pas réussi à se faire entendre. »
Il ajoute : « La synchronicité vue sous cet angle n'est pas nécessairement 
"un cadeau magique" comme elle est parfois décrite dans le langage populaire.
Encore que la souffrance peut être perçue comme une grâce.

Je suis toujours amusé lorsque je lis dans un livre ou un article cette phrase :  
"Provoquez la synchronicité dans vos vies !" 
En réalité, la synchronicité échappe au contrôle du moi
On ne peut que se rendre disponible 
aux messages de l'inconscient qui empruntent cette voie. »

Être disponible aux messages de l'inconscient, 
cela revient à développer son intuition, peut-être en « lâchant prise ». 
La « lueur vacillante de notre intuition », comme l'appelle Jean-François Vézina, 
peut nous permettre de reconnaître des processus symboliques 
qui se déploient sous la forme de motifs, 
de « pentes qui nous attirent et nous conduisent imperceptiblement 
vers telle personne, tel travail, tel auteur ou encore tel pays. » 
L'identification de ces processus et motifs 
est un apport majeur de Jung, selon J.-F. Vézina.

Lien quantique

Mais Jung y voyait plus encore qu’un cheminement. 
Les synchronicités manifestaient selon lui l'unité du monde, l’Unus Mundus
à travers des relations « acausales (sans relations de cause à effet) 
dont il voyait un écho certain dans les propriétés déroutantes de la physique quantique
C'est pourquoi il a travaillé sur le sujet avec Wolfgang Pauli prix Nobel de physique en 1945.

On sait en effet aujourd'hui de façon certaine que des particules élémentaires ayant interagi 
- par exemple des photons - restent connectées via un lien mystérieux et acausal. 
Toute mesure sur l’une des particules modifie instantanément l'état de l’autre, 
mais sans transfert d'information.
Il n’y a pas de « communication » entre elles, mais la physique contemporaine 
est obligée d’accepter qu'elles forment un seul et même système physique, non local, 
même si elles se trouvent éloignées 
de plusieurs milliards d’années-lumière l’une de l'autre.

L'aspect initiatique des synchronicités a été mis en exergue 
dans des romans tels que La Prophétie des Andes (James Redfield) 
ou L'Alchimiste (Paulo Coelho). 
Être davantage à l'écoute, plus conscient, plus présent au monde, 
voilà qui ne saurait nuire.

La coïncidence renvoie au hasard, mais le hasard, 
comme le miracle n’est qu’une question de point de vue. 
Souvenons-nous que l’idéogramme chinois qui traduit le mot « hasard » 
désigne en fait la notion d'appariement, de couplage.

Ainsi le Yi King (Livre des Transformations) reposait tout entier selon Jung 
sur un « principe synchronistique », 
qui fut sa première proposition de l'idée même de synchronicité.
.

Journal NEXUS
Janvier-février 2010
.


2 commentaires:

  1. Faut-il comprendre intellectuellement les synchronicités, c’est à dire, faut-il être capable de les expliquer rationnellement, ou peut-on simplement être l’instrument qui résonne en accord avec la Grande Partition écrite de la main de l’Ange... ? :

    « Le but que nous poursuivons n'est rien d'autre que la libération de la vie profonde dont nous savons qu'elle est porteuse d'un Sens que l'on peut qualifier de « divin », et notre adhésion à ce Sens nous place dans la paix, une paix qui surpasse tout sentiment, et qui est l'harmonie avec l'intégralité du cosmos.
    Cette vie profonde est essentiellement mélodie et rythme: c'est la musique des sphères que Pythagore apprenait à ses disciples, les rendant capables de l'entendre.
    Le musicien est de ce fait un être privilégié, un concitoyen des êtres célestes.
    Notre tâche auprès de lui sera, d'une part, de l'encourager à laisser jaillir en lui la révélation de la musique et, d'autre part, à faire descendre celle-ci sur la terre en l'incluant dans son existence quotidienne et en illuminant l'opacité de celle-ci par la lumière, la force venues d'en haut.
    Telle est notre œuvre de « transmutation » et ce n'est pas pour rien que nos prédécesseurs, les anciens alchimistes, qualifiaient leur entreprise d'art de musique. »
    Étienne Perrot, " MYSTIQUE DE LA TERRE " (chapitre XIV : EXTRAITS DE LETTRES), Éditions La Fontaine de Pierre


    Amezeg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très beau, ce passage de Perrot !
      Merci, Amezeg.

      Comme dirait quelqu'un que je connais, la synchronicité est aussi "symphonicité"...

      Et c'est vrai qu'on peut apprécier la "musique" et l'harmonie de la vie, qu'on peut "danser" dessus, sans forcément connaître ni le solfège...ni les instruments ! :-)

      Supprimer