samedi 23 janvier 2016

L'incubation ou la guérison par les rêves

Samedi 23 janvier 2016

Asclepios et sa fille Hygie soignant un malade

L'incubation est un rite divinatoire
des religions antiques et de certains chrétiens 
consistant le plus souvent à dormir 
dans ou près d'un sanctuaire 
pour obtenir, sous la forme d'un songe, 
les prescriptions d'un dieu guérisseur.

Parfois, au lieu d'un temple,
il peut s'agir d'un lieu sacré, 
une source, une grotte, un puits.

L'incubation a beaucoup été pratiquée à l'époque romaine : 
il y avait environ 400 temples 
où l'on pratiquait ce rite dans le bassin méditerranéen,
 dont celui d'Esculape, l'équivalent romain d'Asclépios

Au Japon, trois temples sont réputés pour leurs rêves d'incubation : 
Ishiyama-dera, près du lac Biwa, 
Hase-dera, au sud de Nara, et Kiyomizu-dera, à Kyoto.
Le maître guérisseur qui apparaît dans les rêves d'incubation est Yakushi Nyorai.

L' istikhàra, en Islam, est la récitation d'une prière 
pour obtenir une réponse à un problème donné ou de faire le bon choix.

L'incubation est en fait répandue partout dans le monde
Amérique centrale, Afrique du nord, Australie, 
Bornéo, Chine, Inde, Iran. 

Souvent utilisée pour la guérison de la stérilité, 
elle peut être aussi une méthode pour guérir d'autres maladies 
comme la paralysie, la cécité, la claudication 
et a été également un moyen de prédire l'avenir

L'étude des inscriptions gravées sur les stèles des temples 
a permis de montrer l'évolution des pratiques de l'incubation. 

Aux premières cures miraculeuses survenant pendant le rêve 
succéda l'indication de remèdes, puis des prescriptions 
qui produisaient une guérison ultérieure.

Asclepios (Esculape), dieu de la médecine

L'incubation se pratiquait 
dans les grottes d'Amphiaraos et de Trophonios.
 Puis, à partir du Ve siècle av. J.-C. 
dans le sanctuaire d'Epidaure en Argolide, 
sous l'égide d'Asclépios
au niveau duquel des stèles ont été retrouvées, 
relatant 43 histoires de guérisons de patients. 

Dans l'incubation thérapeutique, les malades se rendaient 
dans un temple dédié au dieu de la médecine 
et s'étendaient sur une peau d'animal, dans l'adyton, pour y dormir, 
après avoir reçu les instructions des prêtres leur recommandant 
d'être particulièrement attentifs à l'aspect qu'aurait le visage du dieu 
si celui-ci leur apparaissait en rêve.
Le dieu pouvait apparaitre barbu, ou jeune garçon, 
accompagné ou non d'une de ses filles Hygieía, Panákeia ou Iaso, 
mais aussi sous la forme d'un chien ou sous forme d'un serpent.


Lorsqu'il touchait la partie malade, ce dernier guérissait. 
Si le malade n'était pas visité par le dieu, il devenait donc incurable. 
La coïncidence entre le rêve du malade et celui du prêtre était le sumptôma

Le dieu pouvait apparaitre onar (c'est-à-dire dans le rêve), 
ou upar (dans une vision à l'état de veille). 

(...)

.
.
P-S : Si le sujet vous intéresse,
vous pouvez lire d'autres articles
concernant l'incubation
sous les liens (en rouge)...
.
Le bâton d'Asclepios
est à l'origine
du symbole bien connu du caducée :

image ici
.

Le rêve de Péricles

Périclès, 499-429 av. J-C, fut un grand homme d'état, démocrate,
bâtisseur, protecteur des arts et du peuple.
Le récit suivant concerne la construction de L'Acropole, à Athènes :

Un événement merveilleux, survenu au moment de la construction,
révéla que la déesse Athéna ne restait pas à l'écart de l'ouvrage,
mais y apportait sa contribution et aidait à son achèvement.


Le plus actif et le plus zélé des artisans fit un faux-pas 
et tomba du haut de l'édifice ; 
il était dans un état déplorable et abandonné des médecins.
Périclès était découragé, mais...
...la déesse lui apparut en songe et lui prescrivit un traitement 
qui lui permit de guérir cet homme vite et aisément.

A la suite de cet incident,
il éleva aussi la statue de bronze
d'Athéna Hygieia sur l'Acropole,
 près de l'autel qui s'y trouvait auparavant,
d'après ce que l'on dit. »
(Plutarque "Vie de Périclès")

Le récit ne donne pas d'indications sur la blessure et sur le traitement appliqué...
mais il montre la mentalité de toute une époque :
les hommes étaient encore attentifs à leurs rêves
.
La sollicitude de Péricles envers un artisan blessé donne à réfléchir.
.
Article complet ici
.

1 commentaire:

  1. J'ai été à Kiyomizu dera... mais je ne savais pas pour le rite de l'incubation...
    Le sujet est intéressant, même si l'on ne croit pas aux dieux...
    Sourire.
    Bonne nuit.

    RépondreSupprimer