samedi 7 novembre 2015

Interprétation du rêve : "Les frontières du mystère"

Samedi 7 novembre 2015

Reprenons maintenant le déroulement
du rêve éveillé d'Estelle...

Dès le début, il y a une interrogation fondamentale :  
Qui suis-je ?
Suis-je ma personnalité ? 
Suis-je mon corps ?  Suis-je mon âme ?
Suis-je encore plus vaste ? Suis-je "partie du monde" ?

Et puis il y a le désir de quitter les limites quotidiennes de l'ego 
et d'approcher de plus près les "frontières du mystère"...
ce désir-là est profond...
mais il se heurte à de l'incertitude et à de la désorientation : 
"je ne sais pas dans quelle direction aller", "je n'y arriverai pas seule"...


La première image qui apparaît, au sommet de la montagne, 
ce sont "des morceaux de tissus blancs, avec des inscriptions" ...
des morceaux de tissu qui représentent des "pensées"...
qui "s'envolent au vent"...
Les pensées ne sont plus "attachées" à un fil, 
mais se mettent alors à voler "librement" dans les airs...

Comment ne pas penser, à l'évocation de cette image,
aux "drapeaux de prière" accrochés
sur les hauteurs du Tibet,
drapeaux dont les formules sacrées imprimées
sont, suivant les croyances locales,
"dispersées dans l'espace" par le vent qui les caresse ?


Et comment mieux décrire aussi
le détachement progressif des "certitudes"...
et le dépassement du mental...?

C'est la première étape pour s'approcher du mystère : 
arrêter de "s'accrocher" à des idées et des conceptions figées...
laisser le "vent" du changement emporter les pensées là où elles doivent aller...

Et puis la neige se met à fondre...
là encore, c'est une image de fluidité retrouvée...
la neige blanche et froide, glaciale... redevient eau qui court...
Le "mouvement de la vie" peut repartir...
et on passe de la couleur blanche, unie ...
à de grands foulards multicolores qui bougent, qui "dansent", 
qui sont dans un mouvement perpétuel...


La "danse de la réalité" est entraperçue...
mais la rêveuse se sent encore trop "tendue", trop crispée,
pour y participer elle-même...
elle se contente de la regarder et d'admirer 
sa beauté, sa pureté et sa vérité...

Ce n'est qu'au moment où les foulards se transforment 
en danseuse hindoue, en femme...
que la rêveuse, enfin, se met à "entrer dans la danse"...
une danse qui fait irrésistiblement penser 
à la "danse de Shiva" avec ses multiples bras...
...c'est une "danse d'énergie",
une danse qui embrasse tout ce qui existe...


D'ailleurs la rêveuse se sent grandir, grandir, se déployer...
jusqu'à atteindre une taille gigantesque...
jusqu'à rejoindre ce sentiment d'union avec "le tout"...
comme si son corps et ses membres s'allongeaient à l'infini 
et qu'elle pouvait "toucher" tout ce qui est.

C'est aussi une danse lascive...à la fois énergétique et corporelle, 
un mouvement qui inclut aussi la dimension sexuelle, 
C'est une danse à la fois féminine et cosmique, 
une danse de "tout l'être"...
une danse qui lui rappelle l'immensité
de ce qu'elle est...


Et puis, il y a une "séparation" qui se produit en elle...
une séparation entre la droite et la gauche, 
une sorte de "dédoublement" qui est aussi une "ouverture"...
et la sensation de ne plus "être son corps" mais d'être bien plus...
Ce qui se révèle essentiel, c'est ce qui est "dedans", à l'intérieur...
c'est  le "coeur", le "centre"...

Et ce qui est important,
c'est ce qui "sort" de ce coeur :
une immense "liane" qui se présente 
comme un "axe" ou une "échelle" qu'on peut gravir...
une liane qui est aussi un "guide" : une liane qui montre le chemin...
et autour de laquelle la rêveuse monte "en spirale"
...vers l'infini...



Elle retrouve à ce moment-là à la fois
son identité ("je suis une âme") et le "chemin intérieur", 
le "chemin vers le mystère de l'être et du monde", 
ce "chemin d'évolution en spirale"
qui emmène toujours plus loin 
vers le "Mystère" de ce que nous sommes, 
Mystère qui rejoint celui du monde extérieur...celui du cosmos...
Mystère avec lequel elle sent ne faire qu'UN.

Mystère qui s'inscrit au plus profond d'elle-même, 
jusque dans la moindre de ses cellules...
et sans doute jusque dans son...ADN
ADN qui lui aussi est une spirale interne mystérieuse, 
une double spirale qui n'a pas encore livré tous ses secrets.



.
Et c'est là un très beau rêve, je trouve, 
un rêve qui nous parle vraiment de ce qu'on peut atteindre 
quand on accepte de "lâcher" notre ego et nos fixations
de ce qu'on peut vivre et ressentir quand on accepte 
d'accueillir les énergies dansantes de la Vie...
ces énergies vivantes et toujours en mouvement 
qui nous guident, de façon mystérieuse mais sûre,
toujours "plus haut",
vers une conscience toujours plus grande,
 dans une évolution qui n'aura sans doute...
pas de fin.

Et c'est peut-être là la définition même d'un grand rêve
un grand rêve, c'est un rêve qui nous emmène "au-delà"...
au-delà de ce que nous connaissons de nous-même, 
au-delà des images toutes faites que nous avons 
de notre personne et de notre existence, 
au-delà des définitions limitées et sclérosantes habituelles...
En résumé : au-delà de l'ego et du mental...

Un grand rêve est un rêve 
qui nous redonne accès au "Mystère de la Vie"...
et à notre véritable dimension.

Et n'y a-t-il pas plus merveilleux Mystère
que cette "reliance par le coeur"
à la partie transcendante de notre être...
 que ce "mouvement permanent",
cette "danse" du Moi autour du Soi...
cette "danse" de l'Ephémère autour de l'Eternel ?

Un Mystère que, sans doute,
nous ne comprendrons jamais dans son intégralité...
mais avec lequel nous sommes appelés,
comme nous y invite la fin du rêve,
à "rester en lien"...

.
La Licorne
.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire