vendredi 27 février 2015

Symbolique du noeud...et "arbre à cordes"

Dimanche 15 juin 2014

Dans le rêve 27 apparaissent des "cordes nouées" (à leur extrémité) qui pendent à un arbre...
J'aimerais revenir sur cette image qui me paraît très "riche". Et en particulier sur la symbolique des noeuds, car celle de la " corde" a déjà été abordée dans un article précédent.


Voilà ce qu'en dit le "Dictionnaire des symboles" de Chevalier-Gheerbrant :

"La corde relève, de façon générale, de la symbolique de l'ascension,
comme l'arbre, l’échelle, le fil d'araignée.
La corde représente le moyen, aussi bien que le désir, de l'ascension.
Nouée, elle symbolise toute forme de lien
et possède des vertus secrètes ou magiques."

Et aussi : 
"Dans les hiéroglyphes égyptiens,
la corde nouée désigne le nom d'un homme
ou l'existence distincte de l'individu :
c'est le symbole d'un courant de vie réfléchi sur lui-même
et se constituant en tant que "personne".
(Les cartouches égyptiens sont toujours
"fermés" par...un noeud.)

   
  
 A l'article "noeud", on trouve :
"Les significations du noeud sont fort diverses,
mais on retiendra surtout la notion de fixation dans un état déterminé,
de condensation ou, en terminologie bouddhique, d'agrégat
On parle de "noeud de l'action", de dénouement, de "noeud vital".

Le défaire correspond, soit à la crise ou à la mort,
soit à la solution et à la délivrance.
Ce qui fait apparaître aussitôt l'ambivalence du symbole,
car le noeud est contrainte, complication, complexe, entortillement.
Mais les noeuds sont, par la corde, reliés à leur Principe."


Je trouve vraiment intéressante l'idée que le fait d'être un "individu"
soit comparé, chez les égyptiens, à un "noeud sur une corde"...
(Jung parlait d'ailleurs de "complexe du Moi",
il disait que le Moi conscient était un "complexe"),
 et cela m'a amené à voir le rêve de Patricia sous un nouveau jour.

La personne, l'individu serait donc une sorte d'"agrégat psychologique",
qui paraît exister par lui-même, mais qui, en fait,
est toujours "au bout de la corde", donc toujours "relié".
Relié à quoi ?
A un Principe invisible..."en haut" ...au Ciel...
ou à une branche de "l'arbre" ...


Ainsi, on pourrait imaginer que les différents "individus"
sont en fait tous reliés à  un "même arbre" (*)
(Arbre du Monde ? Arbre de Vie ?
ou "Arbre sacré", "Arbre des âmes"
du genre de celui qu'on trouve dans le film "Avatar" ? )...
mais, qu'habituellement, ils ne perçoivent pas ce "lien"
(tout comme dans le rêve, on ne perçoit pas
la façon dont chaque corde est "attachée", on l'imagine seulement).

Et il y aurait dans ce rêve comme une invitation à "remonter" le fil...
à "retrouver" ce lien avec ce qui est en haut,
avec l' "origine céleste cachée"... ( le Soi ? la "Source" ?)
et en même temps, avec l'unité fondamentale des êtres.


L'"être individuel" serait comme une émanation temporaire,
comme une "descente sur terre" ou "vers la terre" du Soi divin...
et il serait sans cesse "relié" , en "relation" avec lui, 
Chaque être serait , en permanence, "rattaché à l'infini"...

Finalement, au lieu d'essayer de "réaliser l'ascension "
il s'agit peut-être d'inverser notre point de vue sur ce que nous sommes, 
et de comprendre que , comme le disait Pierre Teilhard de Chardin :
« Nous ne sommes pas des êtres humains vivant une expérience spirituelle,
nous sommes des êtres spirituels vivant une expérience humaine. »

Il s'agit moins "d'accéder au spirituel" par nos propres efforts d'élévation, 
que de réaliser que nous sommes déjà des êtres spirituels,
et que nous sommes déjà reliés entre nous et au divin...
et qu'il suffit peut-être juste de redécouvrir ce "lien" oublié...

Chaque corde est plus ou moins longue,
il y  en a de toutes sortes, de toutes "dimensions"
comme il existe toutes sortes d'individualités et de destins différents,
tous reliés au même "Principe de vie".

Et comme dans un instrument de musique (merci Amezeg !),
chaque corde, de longueur différente, émettrait sa "note" particulière...


De plus, chaque corde est  blanche ...
ce qui fait penser à la "corde d'argent"
dont on dit qu'elle relie le corps et l'âme durant la vie.
Lors de la mort, la corde se rompt et l'âme s'élève, à nouveau libre...
C'est le "dénouement", le moment où le "noeud vital" se défait
et où l'âme se "détache" et retourne à la liberté .

On retrouve dans plusieurs traditions spirituelles,
cette notion de "défaire le noeud"...
Il existe par exemple, chez les catholiques, une prière
(qui résout les difficultés)
et dans les Upanishad, "défaire le noeud",
c'est atteindre à l'immortalité".

On pense aussi au "noeud d'Isis" ,
signe de vie, d'immortalité ...
mais évoquant aussi les "liens"
qui attachent l'être à la vie mortelle et terrestre.


Marie, Isis...Eywa :
ce sont elles, les "déesses"
qui, tout comme les Parques,
s'occupent du "fil du destin"...
de la Vie et de la Mort.
      Et ce sont elles qui sont responsables
de la grande "toile" de la vie.


A l'appui de cette interprétation, jusque-là assez personnelle...
et un peu hasardeuse,
j'ai trouvé ce texte de René Guénon (**) 
 (traitant de  la symbolique des liens) :

"Dans un article récent , M. Mircea Eliade a parlé de l’« ambivalence » du symbolisme des liens et des noeuds, et c’est là un point qui mérite d’être examiné avec quelque attention ;
on peut naturellement y voir un cas particulier du double sens qui est très généralement inhérent aux symboles, mais encore faut-il se rendre compte de ce qui en justifie l’existence en ce qui concerne plus précisément ceux dont il s’agit ici.
Tout d’abord, il y a lieu de remarquer à cet égard qu’un lien peut être conçu comme ce qui enchaîne ou comme ce qui unit, et, même dans le langage ordinaire, le mot a également ces deux significations ; il y correspond, dans le symbolisme des liens, deux points de vue qu’on pourrait dire inverses l’un de l’autre, et, si le plus immédiatement apparent de ces deux points de vue est celui qui fait du lien une entrave, c’est qu’il est en somme celui de l’être manifesté comme tel, en tant qu’il se regarde comme « attaché » à certaines conditions spéciales d’existence et comme enfermé par elles dans les limites de son état contingent.

A ce même point de vue, le sens du noeud est comme un renforcement de celui du lien en général, puisque, comme nous le disions plus haut, le noeud représente plus proprement ce qui fixe l’être dans un état déterminé ; et la portion du lien par laquelle il est formé est, pourrait-on dire, tout ce que peut en voir cet être tant qu’il est incapable de sortir des bornes de cet état, la connexion que ce même lien établit avec les autres états lui échappant alors nécessairement.

L’autre point de vue peut être qualifié de véritablement universel, car il est celui qui embrasse la totalité des états, et il suffit, pour le comprendre de se reporter à la notion du sûtrâtmâ : le lien, envisagé alors dans toute son extension , est ce qui les unit, non seulement entre eux, mais aussi, redisons-le encore, à leur Principe même de sorte que, bien loin d’être encore une entrave, il devient au contraire le moyen par lequel l’être peut rejoindre effectivement son Principe et la voie même qui le conduit à ce but.

Dans ce cas, le fil ou la corde a une valeur proprement « axiale » et l’ascension à une corde tendue verticalement peut, tout comme l’ascension à un arbre ou à un mât, représenter le processus de retour au Principe.

D’autre part, la connexion avec le Principe par le sûtrâtmâ est illustrée d’une façon particulièrement frappante par le jeu des marionnettes : une marionnette représente ici un être individuel, et l’opérateur qui la fait mouvoir au moyen d’un fil est le « Soi » ; sans ce fil, la marionnette demeurerait inerte, de même que, sans le sûtrâtmâ toute existence ne serait qu’un pur néant, et, suivant une formule extrême-orientale, « tous les êtres seraient vides »."


Qu'en pensez-vous ?
Est-ce que cette "autre interprétation" suscite un écho en vous ?

La Licorne

(*) On peut aussi penser à "l'arbre généalogique" qui est l'expression des "liens" qui unissent les personnes d'une même famille. L'arbre du rêve peut être "l'arbre des ancêtres" ou celui...de toute l'humanité.
Ce n'est pas par hasard qu'on parle de "fil" iation...
Les liens généalogiques sont, comme les autres, "ambivalents"...ils "unissent" et, en même temps, "enchaînent"...

(**) Je ne sais pas pourquoi, mais pour "monter dans l'arbre", c'est le nom de cet auteur qui m'est venu... :o)


A l'instant où tu es venu au monde, une échelle est devant toi.
Cette ascension n'est pas celle d'un homme vers la lune
mais celle de la canne à sucre jusqu'au sucre.
Rûmi

3 commentaires:

  1. Je pensais qu'il fallait en premier lieu reconnaître sa part divine. Et par conséquent la renaissance était liée à cette part. Mais en lisant votre analyse suite au rêve, j'ai trouvé cela vraiment parlant. En effet naître ou plutôt renaître de l'être incarné que nous sommes me parait être une des priorités. Accepter cette incarnation. J'avoue que cela amène, en ce qui me concerne, à beaucoup de réflexions. Et de plus cela rejoint ce que disait Amezeg quant au fait "de descendre d'un idéal de perfection et de réalisation..."Alors me serais-je "mystifier" moi-même. Entendre par là le "moi", l'égo. Alors je pense sincèrement que oui, vivre en pleine reconnaissance de l'être incarné. Et c'est en cela que commence l'harmonie des différents corps.
    De toutes ses réflexions que je peux avoir, j'ai fait un rêve cette nuit qui disait ceci :" il faudrait commencer par le commencement" (la suite est plus personnelle et je n'ai pas encore la compréhension totale).
    Lorsque l'on commence à prendre conscience de sa part divine, on a tendance à vouloir aller très vite, parfois bien trop vite. Et la quête est celle "du ciel". Avec oubli de la partie terrestre qui est quand première puisque ce sont les expériences que nous sommes venus faire en conscience.
    J'avais compris déjà que nous sommes des êtres spirituels faisant des expériences terrestres. Donc oui nous sommes toujours reliés. Juste la prise de conscience qui se fait pour chacun à son moment, et la confiance en cette reliance qui est depuis toujours.
    Nous naissons être incarné et l'oubli vient. Aussi la 2ème naissance ou donc renaissance est celle de l'être incarné dans toute son acceptation. Et de par le lien que nous redécouvrons entre le divin et nous, alors oui voir ou revoir ses expériences de vie devient un soulagement de laisser au passé ce qu'il a a pu y avoir et de n'en garder que "la connaissance et résultat de l'expérience" afin de ne plus schématiser.
    Et nous pouvons en confiance aborder et être "dans le laisser advenir" du plan divin.
    J'ai beaucoup aimé votre texte sur le "laisser advenir" et votre analyse suite au rêve de la corde à noeuds m'y a fait revenir, et je réalise que certaines réponses sont contenues dans vos textes et analyses.
    J'espère être cohérente. Et vous remercie pour tout. Vous me faites "revenir sur terre", et parfois tout parait tellement simple. Mais le "moi" , même si maintenant je le vois arriver, a bien du mal à garder sa juste place.
    A bientôt
    Patricia

    Commentaire n°1 posté par Patricia le 19/06/2014 à 10h36

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'avoir pris le temps de cette longue réponse...

      "Commencer par le commencement"... :-)

      Oui, souvent, nous voulons aller "trop vite"...
      alors que, comme j'essayais de le dire dans le texte poétique qui suivait le rêve,
      la croissance psychologique ressemble à une croissance "organique",
      elle prend du temps...

      Comme un arbre, pour grandir, a besoin à la fois
      de ses racines terrestres ET de la lumière du soleil...
      nous sommes des êtres entre "terre et ciel",
      qui ne peuvent oublier ni leur incarnation...ni leur part "divine"...
      Rester le plus possible dans l'équilibre et l'union entre les deux pôles ...
      et puis faire confiance, laisser "advenir"...
      car le "plan" ne nous appartient pas...

      Bonne journée à vous !

      P-S : Concernant la spiritualité et les "pièges de l'ego",
      vous pouvez peut-être aller consulter ce lien (livre en ligne):
      https://sites.google.com/site/advaitaminima/language/home/livre-gratuit-egocentrisme-et-spiritualite-format-pdf

      Réponse de La Licorne le 19/06/2014 à 11h49

      Supprimer
  2. Les rêves pris en compte avec l’attention et le respect qu’ils méritent conduisent plus d’une fois vers l’heureux... dénouement...d’une situation vitale qui demandait à bouger pour que se poursuive l’évolution positive du rêveur ou de la rêveuse.
    L’étude des rêves ne rend donc pas "neuneu" comme le croient encore aujourd’hui certaines personnes... :-)

    « Nous naissons être incarné et l'oubli vient. Aussi la 2ème naissance ou donc renaissance est celle de l'être incarné dans toute son acceptation. » dites-vous, Patricia.
    Je suis tout à fait d’accord avec vous à ce propos.

    Je vous souhaite bonne progression sur ce chemin d’éveil incarné où vous semblez marcher d’un bon pas.

    Amezeg

    Commentaire n°2 posté par Amezeg le 19/06/2014 à 19h18

    RépondreSupprimer