samedi 21 février 2015

L'inconscient collectif

Jeudi 27 février 2014


Le rêve est, au sein de la psychologie analytique,
comme de manière générale en psychanalyse,
« la voie royale » menant à la compréhension
des contenus de l'inconscient.

Cependant, pour le psychiatre suisse Carl Gustav Jung,
son interprétation et sa fonction dans la psyché
diffèrent de la perspective freudienne.
Jung explique en effet que « la fonction générale des rêves
est d'essayer de rétablir notre équilibre psychologique
à l'aide d'un matériel onirique qui, d'une façon subtile,
reconstitue l'équilibre total de notre psychisme tout entier.

C'est ce qu'[il] appelle la fonction complémentaire (ou compensatrice) des rêves
dans notre constitution psychique ».
En ce sens, le rêve participe du développement de la personnalité,
en même temps qu'il lie le sujet au vaste réservoir imaginaire
qu'est l'inconscient collectif.
.
Texte ici
.
Je me souviens de beaucoup de gens qui sont venus me consulter
parce qu'ils étaient déroutés par leurs rêves, ou ceux de leurs enfants.
Ils n'en pouvaient comprendre aucun terme.
La raison en était que ces rêves contenaient des images
dont ils ne pouvaient pas trouver l'origine dans leurs souvenirs,
ou qu'ils étaient sûrs de n'avoir pas transmises à leurs enfants.
Pourtant quelques-unes de ces personnes étaient extrêmement cultivées.
Il y avait même parmi elle des psychiatres.

Je me souviens particulièrement du cas d'un professeur
qui avait eu soudain une vision, et se croyait fou.
Je pris sur un rayon un livre vieux de quatre cents ans,
et je lui montrai une gravure ancienne représentant exactement sa vision :
"Vous n'avez pas raison de vous croire fou, dis-je.
Votre vision était déjà connue il y a quatre cents ans."
Sur quoi il s'assit sur une chaise, effondré mais de nouveau normal.
.
C-G Jung

.


Si pour Sigmund Freud, fondateur de la psychanalyse,
l'inconscient se caractérise avant tout par le fait qu'il naît du refoulement des pulsions,
au contraire, pour Jung, l'inconscient est constitué de tout ce qui n'est pas conscient.
Il est inhérent à la réalité
et la communication du conscient et de l'inconscient
permet le devenir de l'individu. 

L'inconscient collectif et le conscient forment par conséquent un "ensemble"
[qui] constitue la totalité psychique
dont nul élément ne peut disparaître sans dommage pour l'individu . 
Il a par ailleurs une fonction vitale pour l'homme,
notamment parce qu'il exerce une activité compensatrice au Moi.

Il est enfin la source du renouveau de l'être,
par la compréhension des rêves et le travail de l'individuation.

Pour Jung, reconnaître l'existence et l'influence de l'inconscient collectif,
c'est reconnaître que
« Nous ne sommes pas d'aujourd'hui ni d'hier ;
nous sommes d'un âge immense ».
.
Texte ici
.

« ...l'inconscient collectif, reprenant en substance les dires de Jung,
est le dépôt constitué par toute l'expérience ancestrale
depuis des millions d'années, l'écho des événements de la préhistoire,
et chaque siècle y ajoute une quantité infinitésimale
de variation et de différenciation »
.
Gerhard Adler
.
Selon Jung l'inconscient n'est pas "une boîte à ordure du conscient"
mais un système psychique largement autonome
dont l'activité compense les erreurs et l'unilatéralité du conscient »
.    
   
Jung distingue deux situations où l'inconscient collectif est activé.

La première est une crise dans la vie d'un individu,
le naufrage de ses espoirs et de ses ambitions...

Dans la seconde situation, il est activé à des périodes
de grands bouleversements sociaux, politiques, religieux.
Dans ces moments-là, les facteurs refoulés par les attitudes prédominantes
s'accumulent dans l'inconscient collectif.

Les sujets particulièrement intuitifs perçoivent cela
et essayent de le traduire en idées socialement communicables.
S'ils parviennent à traduire les contenus inconscients
dans un langage communicable, le résultat est bénéfique,
car les contenus de l'inconscient avaient des effets perturbants.
Livre Rouge  p 210
.     

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire