dimanche 22 février 2015

Le souffle de la vie

Samedi 15 mars 2014

 

(...) la représentation que l'homme se fait de sa personne
repose d'ordinaire sur la conscience d'un moi
qui s'imagine être indépendant
  et  identique à lui-même.

Cette certitude imaginaire interrompt en lui
le souffle de la vie qui, tels l'inspir et l'expir,
crée les formes pour ensuite les dissoudre
dans le rythme éternel du processus naissance-vie-mort.
.



L'éveil de la conscience à l'être essentiel
n'est pas "quelque chose"
qui peut tenir dans une définition facile
qu'il conviendrait de lire ,
d'entendre ou d'imaginer pour la faire sienne.

comme une sensation viscérale
d'être établi au centre de soi-même,
transcendant toutes les valeurs conventionnelles
pour sentir directement
que "ce qui est" de toute évidence,
c'est l'état de reliance au tout.

.
Dominique Casterman
"La conjonction des savoirs"
.

2 commentaires:

  1. Certains reprochent à Jung de n’être qu’un psychologue et non pas un maître spirituel, d’autres lui reprochent de n’être qu’un mystique et non pas un digne et pur psychologue très étroitement rationaliste...

    Pour ma part, ces réflexions de Dominique Casterman me rappellent aussitôt les lignes de conclusion de " Ma vie " dans lesquelles Jung exprime son sentiment de parenté avec toutes les choses et avec l’éternel dans l’homme, ainsi que son incertitude au sujet de "lui-même" :
    « Quand Lao-tseu dit : « Tous les êtres sont clairs, moi seul suis trouble », il exprime ce que je ressens dans mon âge avancé. Lao-tseu est l'exemple d'un homme d'une sagesse supérieure qui a vu et fait l'expérience de la valeur et de la non-valeur, et qui, à la fin de sa vie, souhaite s'en retourner dans son être propre, dans le sens éternel inconnaissable.
    L'archétype de l'homme âgé qui a suffisamment contemplé la vie est éternellement vrai. A tous les niveaux de l'intelligence, ce type apparaît et est identique à lui-même, qu'il s'agisse d'un vieux paysan ou d'un grand philosophe comme Lao-tseu. Ainsi, l'âge avancé est... une limitation, un rétrécissement. Et pourtant, il est tant de choses qui m'emplissent : les plantes, les animaux, les nuages, le jour et la nuit, et l'éternel dans l'homme. Plus je suis devenu incertain au sujet de moi-même, plus a crû en moi un sentiment de parenté avec les choses. Oui, c'est comme si cette étrangeté qui m'avait si longtemps séparé du monde avait maintenant pris place dans mon monde intérieur, me révélant à moi-même une dimension inconnue et inattendue de moi-même. » C.G.Jung, "Ma vie", Éditions Gallimard.

    Amezeg

    Commentaire n°1 posté par Amezeg le 15/03/2014 à 23h39

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce passage, Amezeg, qui, effectivement, résonne bien avec celui de Casterman :

      Jung y décrit l'état de "non-séparation" dans lequel il se trouve à la fin de sa vie...quand il échappe au sentiment de l'ego (le "faux moi", celui qui est verrouillé, enfermé sur lui-même) et qu'il se ressent plutôt comme une "partie du Tout" relié à tout et à tous, à tout ce qui est...

      Il est alors proche de son "être propre", ce qui correspond à l'"être essentiel" évoqué par Dominique Casterman (et aussi K-G Dürckheim). On pourrait également dire aussi le "Soi" ou le "Moi supérieur"...ou l'Atman...cela ne change pas grand-chose, ce qui compte, c'est l'idée "derrière le mot", c'est-à-dire qu'on parle de l'"être véritable", qui échappe à l'ego et le dépasse infiniment.

      Pour moi, Jung est celui qui a perçu, de façon juste, la partie "trans-personnelle" (ou spirituelle) de l'être humain, là où Freud voyait avant tout du "pré-personnel"(pulsions).

      Il me semble que la question "Est-il un psychologue ou est-il un mystique ?"... n'a plus lieu d'être si l'on admet que science et spiritualité sont deux chemins apparemment différents mais qui tendent vers le même but (lointain) : la connaissance de l'uni-vers (Unus Mundus).

      Le "fond" du livre de Casterman consiste justement à explorer la "conjonction des savoirs", c'est-à-dire la conjonction entre "science", "psychologie jungienne" et "grandes traditions spirituelles".

      Bon dimanche !

      Réponse de La Licorne le 16/03/2014 à 12h14

      Supprimer