vendredi 13 février 2015

Le Soi et son mystère

Lundi 10 février 2014



Tous, tant que nous sommes, nous épions ce "miroir dépoli" sur lequel défilent les figures d'un mythe obscur, cherchant à en extraire l'invisible vérité.

Tout ce que je puis dire c'est que regardant pour mon compte dans le dit miroir, l'oeil de mon esprit y a discerné une forme ; je l'ai appelée le Soi, tout en restant parfaitement conscient du fait qu'il s'agit là d'une image anthropomorphe ; nommée par cette expression, cette forme n'est pas pour autant expliquée.

Certes, par ce terme de Soi, nous voulons désigner  la totalité psychique.
Mais nous ne savons,  et ne saurions savoir, quelles sont les réalités qui se cimentent dans cette notion.

Car les contenus psychiques ne peuvent pas être observés dans leur état inconscient, et en outre la psyché ne peut connaître sa propre entité. L'inconscient n'est connu du conscient que dans la mesure où il est devenu conscient. 

C-G Jung  « Un mythe moderne»

 
   

Dans le dernier chapitre du livre  « Dialectique du Moi et de l’inconcient",  Jung donne aussi, sans trop le définir, un aperçu du Soi :

"Ce quelque chose qui est  tout  nous-même, nous est à la fois si étranger et si proche qu'il nous reste inconnaissable ; tel un centre virtuel d'une complexion si mystérieuse qu'il est en droit de revendiquer les exigences les plus contradictoires, la parenté avec les animaux comme avec les dieux, avec les minéraux comme avec les étoiles, sans même provoquer notre étonnement ni notre réprobation.
Ce fameux quelque chose exige tout cela et nous n'avons rien en main qui nous permettrait de nous opposer légitimement à ses exigences, dont il est même salutaire d'écouter la voix.

J'ai appelé ce fameux centre de la personnalité le Soi.

Intellectuellement, le Soi n'est qu'un concept psychologique, une construction qui doit exprimer une entité qui nous demeure inconnaissable, une essence qu'il ne nous est pas donné de saisir parce qu'elle dépasse, comme on le pressent dans sa définition, nos possibilités de compréhension." 

       
Les représentations du Soi :

Dans les rêves, le Soi apparaît le plus souvent sous une forme géométrique : carré ou rond (cercle, disque, sphère), mandala...
...et parfois sous la forme d'un "grand homme", d'une pierre...ou d'un arbre.

Le Moi, projection du Soi

Les soucoupes volantes, se présentent comme des projections du Soi collectif, mais Jung émet l'hypothèse que c'est peut-être nous qui en sommes les projections. (...)
Le Soi, centre réel de l'individu, projetterait le Moi dans le temps et dans l'espace.
le Moi, plongé dans un contexte spatio-temporel, a une connaissance expérimentale et fragmentaire du temps et de l'espace, alors que le Soi en a une connaissance contractée et globale. (...)"

Laurent Lachance "Les rêves ne mentent pas"




Petite "définition" quand même....  ;-)  :

Le but du processus d'individuation est la mise en place, au sein de la psyché, d'un ordre, symbole d'unité et de totalité, représenté par le SOI.
Ce dernier englobe le conscient et l'inconscient, et constitue un nouveau centre de gravité de l'être.
Le SOI symbolise le retour à l'unité à travers l'union des contraires, et représente un archétype du divin en l'homme.

Paradoxalement, le Soi est donc à la fois notre totalité et notre centre.
. 
"Outre l'ombre, l'animus et l'anima, les rêves nous font parvenir une autre image différenciée de l'inconscient que Jung appelle le Soi.
Il lui donne ce nom pour le différencier du Moi conscient et parce que le Soi semble distinct du Moi devant lequel il apparaît comme objectif, constituant une sorte d'instance supérieure de l'individu."


Laurent Lachance "Les rêves ne mentent pas"

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire