dimanche 22 février 2015

L'ami intérieur de l'âme

Dimanche 23 mars 2014


   
Les processus naturels de transformation
se font connaître avant tout par le rêve.

J'ai présenté ailleurs
(...dans le livre "Psychologie et alchimie", ...c'est Jung qui parle)
une série de symboles oniriques du processus d'individuation.
C'étaient des rêves, qui, tous, sans exception,
usaient du symbolisme de la renaissance.

Il s'agissait dans ce cas
d'un long processus de transformation intérieure
qui donnait naissance à un autre être.

Cet "autre être", c'est l'autre en nous,
la personnalité future, plus vaste et plus grande,
dont nous avons déjà fait la connaissance
sous le nom de l'ami intérieur de l'âme.



 L'homme est ce couple de Dioscures
dont l'un est mortel et l'autre immortel,
qui sont toujours ensemble et ne peuvent pourtant
jamais se constituer entièrement en unité.

Les processus de transformation tendent à les rapprocher l'un de l'autre
mais la conscience y éprouve des résistances
parce que "l'autre" lui apparaît d'abord comme de nature différente et peu rassurant,
et que nous ne pouvons nous habituer à l'idée de ne pas être seuls maîtres  chez nous.

Nous aimerions mieux être "moi", moi seul et rien d'autre.
Mais nous sommes confrontés  à l'ami ou à l'ennemi intérieur,
et il dépend de nous qu'il soit l'un ou l'autre.


Il n'est pas nécessaire d'avoir l'esprit dérangé pour entendre sa voix;
C'est au contraire la chose la plus simple et la plus conforme à la nature.
On peut par exemple se poser une question et recevoir de lui une réponse.
.
C-G Jung
"L'Ame et le Soi" p 37, 38
. 

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire