jeudi 29 janvier 2015

Le retournement

Mercredi 18 avril 2012

Dans le Jeu de la Marelle, on voit bien que le "but" n'est pas uniquement de "monter au ciel", puisque, arrivé là-haut, le joueur fait demi-tour et...revient sur terre. Il y a "retournement".
Qu'en est-il dans les autres "contextes symboliques" que nous avons rencontrés ?


Le pélérinage: J'ai trouvé un extrait du livre "Les étoiles de Compostelle" d'Henri Vincenot, qui, à mon avis, résume tout :
"...parce que la Connaissance, (dit le Prophète) c'est aussi savoir que lorsqu'on est arrivé, il faut revenir et que la moitié seulement du travail est fait !"
Et il repartit, mais vers l'Est, cette fois, pour entamer la deuxième moitié du travail de l'Initiation...
Dans la tête des gens, le chemin de Compostelle est un chemin à sens unique. On parle toujours de ceux qui y vont, jamais de ceux qui en reviennent. Or, c'est une entreprise en deux temps, et le second n'est pas le moindre ! "
Dans le conte "Jack et le haricot magique", Jack ne reste pas au Ciel, il redescend et c'est à ce moment-là qu'il ramène les "trésors de l'ogre" sur terre...
Dans le Jeu de l'Oie, pourtant, il semblerait que le joueur ne revienne pas au départ (à moins de tomber dans un piège).
C'est ainsi que fonctionne le jeu actuellement : on avance toujours dans le même sens, vers le centre.


Mais voilà : si l'on se penche sur le "disque de Phaïstos" qui pourrait en être une version antique (8ème siècle avant J-C), il en est autrement. Ce disque comportait en effet deux faces de 31 cases et certains posent l'hypothèse qu'une fois "arrivés" au bout de la spirale située sur la première face, une case "puits" emmenait le joueur sur...l'autre face. On passait donc sur "l'envers" pour reparcourir une deuxième spirale "inverse" de la première.
Enfin, dans le Jeu de Tarot qui comprend, rappelons-le vingt-deux cartes majeures, le "Pendu" qui porte le numéro douze se situe au début de la deuxième moitié...il se pourrait donc bien, si l'on considère la suite des cartes comme une "suite dirigée"...qu'il indique le moment où le "retournement" (tête en bas) doit s'effectuer !
(Cette position "tête en bas", faut-il le rappeler, est celle que prend l'enfant qui va naître...)


On peut remarquer aussi que sur la carte inverse du 12, le 21...on retrouve la forme de l'"oeuf" (comme sur les images de l"échelle alchimique"), forme qui renvoie symboliquement à la (re)naissance et aussi à l'unité.


Sur le chemin initiatique, il y aurait donc systématiquement, un moment d'inversion...
Inversion dont on trouve la trace jusque dans les sentences de la Table d'Emeraude, qui nous dit :
"Il monte de la terre au ciel, et derechef il descend en terre, et il reçoit la force des choses supérieures et inférieures."

Que peut-on en déduire ?
Eh bien sans doute, que le but de la vie n'est pas tant de quitter la Terre pour le Ciel que d'effectuer un "aller-retour", un va-et-vient entre Terre et Ciel.
C'est d'ailleurs bien ce que font les "anges-humains" sur l'échelle de Jacob :
ils montent ET ils descendent.


Ils font ainsi le "lien" entre le Divin et l'Humain, le Haut et le Bas, le subtil et le dense, le Principe et la Manifestation, l'Esprit et la Matière. 
Et ce faisant, ils "ré-unissent" ce qui est séparé, ils invitent à la réconciliation des contraires et au rétablissement de l'Unité perdue.
On peut y voir aussi le principe des vies successives , le principe des âmes qui, alternativement, "montent" au ciel et "redescendent" sur terre.
Vies qui se succéderaient et se poursuivraient, dans une alternance de morts et de renaissances, jusqu'à ce que l'être soit totalement "unifié", jusqu'à ce que l'unité entre esprit et matière soit enfin réalisée.
.

La Licorne
.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire