vendredi 30 janvier 2015

La femme dans les contes de fée

Jeudi 31 mai 2012


Marie-Louise Von Franz, collaboratrice de C-G Jung pendant trente ans, s'est particulièrement intéressée aux contes et à leur symbolisme. Sur ce thème, elle a écrit, entre autres,  "La femme dans les contes de fée".
Voici le début de la conclusion de ce livre :
"Ces pages ont cherché à mettre en lumière la façon dont le Principe féminin se reflète dans les contes de fées. Elles ne prétendent pas apporter de réponse aux multiples questions que les femmes se posent aujourd'hui, mais, par une meilleure connaissance de leurs fondements psychologiques, elles voudraient aider à les bien poser.

On a vu que le rôle prépondérant que les contes attribuent à la sorcière traduit le refus, dans nos sociétés, du Principe Féminin rendu, par là même, négatif. Gardienne du seuil, la sorcière incarne la peur de la vie et de son mystère, la crainte de l'inconscient qu'il faut consentir à affronter pour entrer dans l'aventure intérieure.
Le but ultime que nous proposent les contes correspond à ce que Jung a nommé l'individuation, cette réalisation de la totalité psychique, union des deux principes, masculin et féminin. Cette union apparaît, entre autres, dans l'image de l'union du roi et de la reine qui conclut nombre de contes..."



Et en voici un autre extrait :
 "Dans notre civilisation judéo-chrétienne, c'est-à-dire dans une tradition strictement patriarcale, l'image archétypique de la femme ne figure pas (...).
Il en résulte que, d'une part, l'anima de l'homme est négligée, et que, d'autre part, la femme est incertaine quant à sa propre essence; elle ne sait ni ce qu'elle est, ni ce qu'elle pourrait être.
(...)
Dans une structure matriarcale (...), les femmes ont une confiance spontanée en leur nature féminine (...). Elles ont une assurance toute naturelle dans leur existence et leur comportement humains.


L'auteur dit aussi, à la toute fin du livre :

"Des germes de changement dans l'attitude collective apparaissent sous la forme de l'intérêt croissant porté à l'irrationnel, à l'inconscient, à l'aspect Eros qui est celui du principe féminin. Les thèmes que l'on voit se développer dans ce sens sont, entre autres, ceux de l'écologie et du retour à la nature, et surtout de l'expérience immédiate vécue sans référence à des grilles d'évaluation préexistantes. Ce ne sont là, évidemment, que des indices, des amorces de transformation.

Leur valeur et leur portée dépendront de ce qu'ils seront ou non intégrés et de ce que l'on ne se contentera pas de les garder au stade de vélléités, de réactions inconscientes qui seraient à leur tour, unilatérales.
Tout individu, homme ou femme, qui travaille à produire en lui-même l'union du principe féminin avec le principe masculin apporte sa pierre à la construction d'un ordre nouveau."
.
Marie-Louise Von Franz - "La femme dans les contes de fée"
.

J'avoue avoir cet espoir un peu "fou" que le rêve que j'ai fait ("Terre qui lève") annonce la possibilité d'un changement réel...d'une sorte de "réveil" du Principe féminin qui permettrait cet ordre et ce monde nouveau, monde dans lequel les valeurs masculines seraient enfin rééquilibrées par les valeurs féminines...
.
La Licorne
.
P-S :  - Sur le même thème, il peut être intéressant de relire le grand rêve que Jung fit à l'âge de quatre ans (ici) et qui parle d'un phallus souterrainement "mis sur un trône"...il s'agit, selon mon point de vue, de la prémonition du "problème central" de notre société : si l'on va "au fond des choses", sous la "surface", on rencontre partout le "règne" (dévorateur) du Principe masculin...érigé en souverain unique et absolu...

- Article à découvrir : La femme, l'espoir de la terre
- Lire aussi ce texte : Une femme, une vraie, un homme, un vrai...
Ou encore cet excellent article :   Yin-Yang cerveau droit cerveau gauche
Et celui-là : La femme et le génie


5 commentaires:

  1. je trouve que ton rêve donne oui espoir , une nouvelle conscience se manifeste dans cette affirmation , dans cette élévation du féminin:

    La volonté d'exister ,le courage de sortir de l,ombre, et de prendre sa place au soleil.

    le féminin c,est aussi ce changement d'attitude des hommes face à leur propre part de féminin, dans leur désir de collaboration plutôt que de domination.

    Un compagnonnage heureux entre ce féminin intérieur et celui qui leur est extérieur.

    Commentaire n°1 posté par nicole m le 04/06/2012 à 01h03

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'y vois un espoir pour tous...pour le monde (et non seulement pour les femmes).
      Quand le monde est déséquilibré, rien de bon ne peut arriver...
      Nous sommes en grand danger, actuellement, il faut se l'avouer une bonne fois pour toutes !
      Mais l'espoir est là, aussi...heureusement.

      Réponse de La Licorne le 04/06/2012 à 10h37

      Supprimer
  2. Et merci beaucoup à Mingingi pour son envoi du poème "Jolies sorcières" qui , écrit par un amérindien, réhabilite joliment les "pouvoirs" féminins...
    Vous pouvez le lire sous le premier lien du texte ci-dessus (cliquer sur le mot "négatif"...)

    Commentaire n°2 posté par La Licorne le 05/06/2012 à 23h05

    RépondreSupprimer
  3. Si je devais conserver seulement trente livres dans ma bibliothèque, après la correspondance de Jung celui là ferait partie de mes tous premiers choix. Amitiés.

    Commentaire n°3 posté par ariaga le 25/07/2012 à 17h54

    RépondreSupprimer
  4. Je te comprends...j'aime beaucoup ce livre aussi...il parle de deux choses qui me passionnent entre toutes : les "contes"...et le "Féminin" !

    Réponse de La Licorne le 29/07/2012 à 21h30

    RépondreSupprimer